LARHYSS Journal
Volume 13, Numéro 1, Pages 139-162

Modélisation Empirique De La Transmissivité Des Aquifères De Socle De Cote D’ivoire

Auteurs : Kouassi Am . Loba Mc . Kouamé Ka . Kouame Kf . Biemi J .

Résumé

L’objectif de cette étude est la modélisation de la transmissivité au niveau des aquifères de socle à partir du débit spécifique. Les zones tests utilisées dans le cadre de cette étude sont l’ex-région du N’zi-Comoé (domaine paléoprotérozoïque) et la région Guiglo-Duekoué (domaines archéen-SASCA). Une importante base de données des valeurs de transmissivité et de débits spécifiques a été compilée. L’approche méthodologique est basée sur l’étude de la relation entre la transmissivité et le débit spécifique à partir d’une procédure empirique du type T=αQs^β . La qualité des modèles développés a été analysée à partir du coefficient de corrélation, du test t de Student, du biais sur la moyenne et de la racine carrée de l’erreur quadratique. Les valeurs de débits spécifiques au niveau de la région de Guiglo-Duekoué varient entre 1,427.10^-2 et 2,571m2/h avec une moyenne de 0,279 m2/h et un coefficient de variation de 159%. Les débits spécifiques moyens et forts représentent 61,22%. Quant à la région de l’ex-N’zi-Comoé, les débits spécifiques vont de 7,752.10^-3 à 3,03 m2/h avec une moyenne de 0,402 m2/h, un coefficient de variation de 116% et un taux de 82% en ce qui concerne les débits spécifiques moyens et forts. Les valeurs de transmissivité de la région de Guiglo-Duekoué fluctuent entre 1,779.10^-3 et 1,952 m2/h et un coefficient de variation de 135%. Les forages de moyennes et fortes transmissivités représentent 73,47%. Pour ce qui concerne la région de l’ex-N’zi-Comoé, la transmissivité oscille entre 6,2.10^-3 et 1,302 m2/h avec une moyenne de 0,283 m2/h et un coefficient de variation de 123%. Les forages ayant des valeurs de transmissivité moyennes et fortes sont estimés à 68,66%. Les résultats de l’ajustement ont montré que les données de transmissivité et du débit spécifique, transformées selon la fonction log, suivent la loi normale. La distribution des variables selon la loi log-normale a permis donc d’envisager une modélisation de la relation T=f(Qs). Ainsi, deux relations empiriques performantes ont été établies. Les deux modèles conçus sont respectivement T1=0,354Qs^0,8544 avec R2=0,70 pour la région du N’ziIffou-Moronou (ex-région du N’zi-Comoé) et T2=1,086Qs^1,187 avec R2 =0,60 pour la région de Guiglo-Duekoué. Ces modèles empiriques peuvent être utiles pour d’autres aquifères présentant des conditions hydrogéologiques similaires. Cependant, ces modèles pourraient être améliorés en corrigeant le débit spécifique des pertes de charge.

Mots clés

Transmissivité, Débit spécifique, Modélisation empirique, Aquifères de socle, Côte d’Ivoire.