Revue d'études sur les institutions et le développement
Volume 4, Numéro 1, Pages 1-15

Les Facteurs Budgétaires Et Financiers Pour Une Diversification Economique Solide (cas De L’algerie)

Auteurs : Dermechi Feriel . Zakane Ahmed .

Résumé

L’Algérie à un seul secteur, est l'une des économies en développement les plus rentières. En dépit des différentes stratégies menées pour une diversification d’exportation meilleure, cette économie demeure dépendante de la rente pétrolière, qui représente depuis au moins quatre décennies plus de 80 % des exportations du pays et près de 60 % des recettes de l'État. Cet article examine les facteurs budgétaires et financiers qui favorisent la diversification des exportations en Algérie. Toutefois, à travers l'inférence statistique et de l'analyse descriptive on construit un modèle statistique multi variée, dont les résultats empiriques montrent que la dépense publique affecte négativement le degré de la diversification des exportations (-2.32) car des dépenses publiques excessive augmentent le coût du financement des dépenses domestiques et évincent l'investissement privé. Cette évidence témoigne la préoccupation concernant la domination budgétaire, qui est omniprésente. Une telle domination a siphonné la liquidité dans le système financier vers le financement des opérations gouvernementales, et a limité la perspective de diversification économique à l'appui de l'activité privée. Les facteurs financiers incarnés par : (i) l’approfondissement boursier, qui a un effet négatif sur la diversification, mais une fois associé à la dépense publique il devient positif (+1.26). Ceci s’explique par le rôle de la dépense qui crée des occasions de diversification des investissements financiers dans les titres du gouvernement, et qui incitent davantage à l’élargissement des placements et de l’investissement des biens réels. (ii) De même en Algérie, le crédit au secteur privé affecte négativement la diversification des exportations (-2.63), en raison de son impact négatif sur la diversification financière qui affaiblit la confiance des entreprises, et dans de conditions de services insuffisante, cette situation détourne les ressources vers les investissements non productifs. On tente d’interpréter ce résultat par le sous développement du système bancaire et les contraintes appliquées sur les prêts, qui incitent à mobiliser les ressources financières vers le refuge dans les biens réels, entravant les perspectives pour la diversification et l'industrialisation. Dans l’ensemble, la diversification économique en Algérie est principalement absorbée par les actifs non financiers. (iii) En outre, une plus grande ouverture commerciale ne signifie pas forcément une diversification. En effet, considérée seule, l’ouverture économique n’améliore pas le niveau de diversification, tandis que son effet devient significatif (+0.61) une fois qu’elle est associée à la dépense publique. Ceci s’explique par les conditions budgétaires du gouvernement qui renonce d’une part à la recette financière implicite et de son intervention dans le système financier, engendrant ainsi une part de dépense moins importante orienté vers des secteurs productifs.

Mots clés

diversification des exportations, facteurs budgétaires et financiers, dépenses publiques, approfondissement boursier, crédit au secteur privé, ouverture commerciale.