Algerian Journal of Health Sciences


Description

L’Algerian Journal of Health Sciences (AJHS) est une revue scientifique d’accès libre en ligne et à comité de lecture national et international. Aucun paiement n’est exigé pour les travaux soumis. L’AJHS est régi par la convention « Creative Commons » Attribution-Non Commercial 4.0 International (CC BY-NC 4.0). AJHS est une revue semestrielle (deux numéros par an), dédiée à publier des articles innovants et de haute qualité, en Français, en Anglais ou en Arabe, permettant une meilleure compréhension des progrès en Sciences de la Santé. La revue publie des mises au point, des articles originaux, des cas cliniques, des notes techniques, des communications brèves, des lettres à l’éditeur ainsi que des articles de synthèse/revue dans le domaine des Sciences de la Santé au sens large. Des numéros spéciaux sont publiés selon les évènements ou les séminaires ou workshops organisés par l’Agence Thématique de Recherche en Sciences de la Santé (ATRSS). Étant l’organe de publication officiel de l’ATRSS, la revue est soutenue par la Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique (DGRSDT) sous tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS). L’AJHS est publié sous sa version électronique sur le site de l’ATRSS à la page https://ajhsjournal.wixsite.com/ajhs/soumission Objectifs de la revue : L’AJHS, avec son caractère pluridisciplinaire et transsectoriel, est au carrefour de nombreuses spécialités dans le domaine des Sciences de la Santé. La revue se veut un véritable forum de discussions et d'échanges entre les chercheurs concernés. Les objectifs étant de : • Publier à périodicité régulière les résultats récents des travaux de recherche qui lui sont soumis ; • Fournir une information fiable et accessible aux chercheurs et utilisateurs; • Valoriser et archiver les avancées significatives des savoirs scientifiques.


3

Volumes

7

Numéros

58

Articles


Connaissances et consommation des boissons énergisantes par des professionnels et des amateurs du football algérien

Belabbaci Nawel,  Toubal Reffas Insaf,  Zerriahen Imene,  Lachgueur Nassima,  Rezk-kallah Haciba, 

Résumé: R E S U M E Introduction et objectif : Les boissons énergisantes (BE) sont de plus en plus populaires en Algérie ainsi qu’ailleurs dans le monde. Elles sont particulièrement consommées par les sportifs qui les confondent souvent avec les boissons énergétiques. Le présent travail vise à évaluer les connaissances et les habitudes de consommation des BE en milieu footballistique. Méthodes : il s’agit d’une étude transversale à visée descriptive via un questionnaire auprès des professionnels et des amateurs du football du moment où ce dernier occupe une place prééminente par rapport à d’autres sports. Les données ont été traitées par Excel et SPSS statistics bases et les résultats comparatifs ont été estimés par le test de khi-deux avec un niveau de signification de p<5%. Résultats : L'étude a été réalisée auprès de 165 joueurs (appartenant à 14 clubs), 27 arbitres et 13 entraîneurs. Les résultats révèlent une consommation accrue des BE (63,90%) qui commence après le début du parcours sportif (50,38%), notamment par les jeunes joueurs et arbitres, croyant aux vertus attribuées à ces boissons, comme l'amélioration des performances, négligeant les effets potentiels sur la santé. Presque tous les enquêtés affirment connaître ces breuvages (97%), et pourtant seuls 22% connaissent leur composition, uniquement 27% font la distinction entre ces derniers et les boissons énergétiques, 16% les trouvent bonnes pour la santé et 59% pensent qu'elles améliorent les performances physiques. Conclusion : Des mesures de prévention et une réglementation spécifiques aux BE doivent être profondément étudiées et mises en place. ABSTRACT Introduction and objective: Energy drinks are becoming increasingly popular in Algeria and elsewhere in the world. They are particularly consumed by athletes who often confuse them with “sport drinks”. This work aims to assess the knowledge and consumption habits of energy drinks in a football environment. Methods: we realized a cross-sectional survey via questionnaire among professionals and amateurs of football because the latter occupies a prominent place compared to other sports. The data were handled by Excel and SPSS statistics bases and the comparative results were estimated by the Chi-square test with a significance level of p < 5%. Results: The study was realized at 165 players - belonging to 14 clubs-, 27 referees and 13 coaches. Results indicate increased consumption of these drinks (63.90%) wich starts after beginning the Sports activities (50.38%), in particular by the young players and referees, believer in the virtues attributed to these beverages, such as improving performance, neglecting the potential health effects. Almost all of the investigated claim to know energy drinks (97%), and nevertheless only 22% know their composition, only 27% make the distinction between these beverages and the sport drinks, 16% find them good for the health and 59% thinks that they improve the physical performance. Conclusion: Prevention measures and regulations specific in energy drinks must be deeply studied and put in place.

Mots clés: Boisson énergisante ; football ; connaissance ; consommation


SURDITE NEONATALE : ETUDE DES FACTEURS DE RISQUE

Mehtari-chabane Sari Nasrine,  Benmansour Souheila,  Smahi Mohammed Chemseddine,  Hadj Allal Fouad,  Brahami Isma, 

Résumé: Introduction: La surdité est le handicap sensoriel le plus fréquent chez le nouveau-né. Son dépistage se fait de façon systématique dans la majorité des pays industrialisés, il reste cependant réservé aux nouveau-nés présentant des facteurs de risque (FR) dans de nombreux pays. Dix critères de risque d’atteinte auditive ont été établis par le Joint Committee on infant hearing (JCIH) de l’académie américaine de pédiatrie en 2007, actualisés en 2019. Le but de notre travail est d’étudier le lien entre les FR recommandés par le JCIH élargis à ceux de la littérature et la surdité néonatale. Matériels et Méthodes: Nous avons mené une étude de dépistage par oto-émissions acoustiques automatisées chez des nouveau-nés à risque hospitalisés au service de néonatologie de Tlemcen. L’analyse statistique des données était réalisée en mode bi-variée puis multivariée utilisant un modèle de régression logistique par la méthode de Wald pas à pas. Le seuil de signification est de 0,05. Résultats: L’étude a concerné 544 nouveau-nés à risque. La prévalence de la surdité était de 5,51%. Les FR significatifs en analyse bivariée étaient: l’infection in utéro, la consanguinité parentale, la méningite, les maladies neurologiques, la présence d’une malformation notamment céphalique, le syndrome polymalformatif, le séjour en réanimation, le poids de naissance <1.5 K g, la présence de FR de surdité et l’infection de l’oreille moyenne/ interne en période néonatale. En multivariée: syndrome polymalformatif, méningite, poids de naissance <1,5 Kg, l’ictère néonatal et le séjour en réanimation. Conclusion: Les FR recommandés usuellement dans le dépistage de la surdité néonatale doivent inclure d'autres éléments tels que la consanguinité parentale et les maladies infectieuses de l'oreille moyenne et/ou interne en période néonatale. D’autre part, certains FR ne font pas l’unanimité des auteurs, cas de la médication ototoxique, la prématurité, l’hypoxie, les traumatismes obstétricaux, le diabète maternel et les désordres métaboliques.

Mots clés: Surdité néonatale ; Dépistage ; Facteur de risque


Aléas de la réadaptation lors de la pandémie Covid-19 : défis et solutions

ملياني عبدالغني,  Medaouer Mohamed,  Tair Moloud,  Cherid Hocine, 

Résumé: Assurer une continuité dans les soins de réadaptation en ces moments difficiles constitue un véritable challenge. Durant cette récente pandémie de Covid-19, les professionnels de médecine physique et de réadaptation ou MPR sont confrontés à de nombreux aléas dans leur pratique quotidienne, dont certains sont en rapport avec le risque infectieux qui parait élevé chez les patients de MPR, particulièrement vulnérables à cause de leur état de santé et de leurs limitations fonctionnelles. Sans précédent, cette pandémie a imposé un changement radical dans la gestion et l’organisation des services de MPR, cela a profondément altéré la pratique de la réadaptation. De plus, les insuffisances du personnel en termes d’effectif et de qualification rendent la riposte de MPR encore plus difficile face à la Covid-19. Enfin, d’autres difficultés peuvent surgir en fonction du stade évolutif de la maladie. Malgré tous ces défis, les professionnels de la réadaptation essaient de faire de leur mieux pour fournir des soins adéquats à leurs patients, en adoptant des stratégies alternatives.

Mots clés: Médecine Physique et de Réadaptation ; Covid-19 ; Aléas ; Défis ; Difficultés


Automédication et conseil pharmaceutique en période de pandémie de COVID-19 à Oran

Boudia Fatma,  Dali Ali Abdessemad,  Mekaouche Fatima Zohra Nadjet,  Fetati Habiba,  Senhadji Imene,  Chaib Houria,  Tlemcani Mohamed,  Midoun Nori,  Toumi Houari, 

Résumé: Introduction et objectifs : L'épidémie de Covid-19 a créé une psychose et une anxiété généralisées. Cela pourrait être lié, d'une part, à la mortalité élevée observée dans le monde, et d'autre part, à l’absence d’une thérapie spécifique. Face à cette situation, de nombreuses substances ont été utilisées sans avis médical. L’objectif de cette étude était d’évaluer les pratiques de l’automédication en situation de COVID-19 à Oran. Méthodes : Il s’agit d’une enquête transversale observationnelle réalisée par questionnaire électronique anonyme (googleforms) et distribué, par e-mail, à des pharmaciens adhérents à la section ordinale régionale des pharmaciens d’Oran. Les réponses ont été analysées par le logiciel SPSS. Résultats : Au total, 69 réponses ont été obtenues. La proportion de pharmaciens ayant perçu une tendance à la hausse de l’automédication était de 58,0%. Environ le quart des pharmaciens (22,9%) avaient constaté une augmentation de l’automédication à l’hydroxychloroquine ; néanmoins, aucune toxicité secondaire à l’usage de ce médicament n’a été observée. En cette situation d’épidémie de COVID, 91.3% de l’échantillon d’étude avaient constaté une augmentation du recours aux vitamines et compléments alimentaires, avec une consommation fréquente de la vitamine C à 1gr/j ainsi que d’autres complexes vitaminiques à base de vitamine D, vitamine B9 et fer chez la femme enceinte ou allaitante. Conclusion : Notre étude a montré qu’en période de COVID-19 la tendance à l’automédication a augmenté. L’automédication à l’hydroxychloroquine a été observée durant cette pandémie néanmoins l’usage d’autres substances telles que les vitamines et les compléments alimentaires était plus fréquent.

Mots clés: COVID-19 ; Automédication ; Oran ; Hydroxychloroquine ; Compléments Alimentaires


COVID 19 au service de réanimation : Expérience du CHU Tizi-Ouzou.

Benhocine Yacine, 

Résumé: Introduction Depuis mars 2020, les premiers cas de pneumonie causés par la maladie à coronavirus 2019 ont été signalés à Tizi-Ouzou. Les informations sur les caractéristiques cliniques et paracliniques des patients infectés nécessitant des soins intensifs sont limitées. Le but de ce travail est de décrire les caractéristiques des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) nécessitant une prise en charge dans une unité de soins intensifs au centre hospitalo-universitaire de Tizi-Ouzou. Matériels et méthodes Etude descriptive rétrospective, relevant les données cliniques et paracliniques, la prise en charge et l’évolution des patients. Les données ont été obtenues par examen des dossiers médicaux des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 confirmée au laboratoire référé pour l'admission aux soins intensifs au centre hospitalo-universitaire de Tizi-Ouzou entre le 22 mars et le 15 octobre 2020. La date du dernier suivi était le 02 novembre 2020. Résultats Cent dix-neuf patients ont été inclus dans l'étude, l'âge moyen était de 64 (34-88) ans, dont 79 (66%) étaient des hommes. La présence d’une comorbidité concernait 77% des patients et parmi ces derniers 63% étaient diabétiques. Tous ont séjourné 9 ± 5 jours avant l’admission en réanimation. Tous admis pour insuffisance respiratoire hypoxémique avec un rapport PaO2 / FIO2 moyen de 170 (122-230), dont 97 (81%) avaient bénéficié d’une ventilation mécanique avec intubation orotrachéale, le reste des patients avaient reçu une ventilation non invasive. L’insuffisance rénale concernait 47% de nos patients, dont 12% avaient nécessité des séances d’hémodialyses. La majorité des patients avaient bénéficié du protocole préconisé par le comité scientifique national. Le taux de décès était de 78%. Sur les 26 survivants, 21 étaient transférés aux services d’origine, 5 sont sortis chez eux. Discussion Les résultats de notre étude montrent que la raison la plus courante d'admission aux soins intensifs était l’insuffisance respiratoire hypoxémique conduisant le plus souvent à la ventilation mécanique. La majorité des patients étaient des hommes de plus de 60 ans, présentant au moins une comorbidité, les signes respiratoires prédominaient avec élévation très importante des paramètres inflammatoires, et une atteinte étendue du parenchyme pulmonaire à la tomodensitométrie thoracique. La prise en charge de ces patients nécessitait le plus souvent une ventilation mécanique invasive avec une fraction inspirée en oxygène (Fio2) et une pression positive de fin d’expiration (PEEP) élevées. La mortalité parmi ces patients gravement malades était très élevée, comparée à certaines études Américaines et Européennes, cela malgré le respect des protocoles émis par l’organisation mondiale de la santé. En revanche la durée de séjour en réanimation chez les survivants concordait avec les données de la littérature. Conclusion L’identification des facteurs de gravité en pratique clinique, semble importante à la fois pour mieux sélectionner les patients avant leur admission en réanimation, mais également pour améliorer la qualité de leur prise en charge une fois admis en réanimation.

Mots clés: COVID 19 ; Réanimation ; Prise en charge ; Mortalité


Quelles explorations fonctionnelles respiratoires faut-il réaliser dans le bilan d’une sclérose latérale amyotrophique?

Sayhi Amani,  Haddar Asma,  Tlili Mohamed Salah,  Saad Helmi, 

Résumé: Introduction. Les explorations fonctionnelles respiratoires ont un apport fondamental dans la sclérose latérale amyotrophique. Le recours à des critères fonctionnels respiratoires prédictifs d’un traitement par ventilation non invasive permet d’évaluer le pronostic des patients et de prédire le risque de dégradation respiratoire. Observation. Le présent cas clinique rapporte les données des explorations fonctionnelles respiratoires (spirométrie simple en positions assises et couchées, pléthysmographie, capacité de diffusion du monoxyde de carbone, pressions inspiratoire et expiratoires maximales, et épreuve d’exercice musculaire) réalisées chez un patient âgé de 63 ans atteint de sclérose latérale amyotrophique et qui a consulté pour une dyspnée d’aggravation progressive. A travers ce cas clinique, l’intérêt des explorations fonctionnelles respiratoires dans le suivi des patients atteints de sclérose latérale amyotrophique sera discuté.

Mots clés: Myopathie ; Mécanique ventilatoire ; EFR ; CVF


Impact du COVID-19 sur les patients cancéreux : Expérience du service d’Oncologie Médicale de l’Etablissement hospitalo-universitaire d’Oran.

Kehili Hakima ,  Bengueddach Aicha ,  Boumansour Naouel Fatima Zohra ,  Kaid Malika Yamina ,  Benabdellah Hamza Abdelhamid ,  Baghdad Malika ,  Allaoui Mayssa Basma ,  Izem Ain El Hayat ,  Belghanem Fatiha ,  Rekai Kheira ,  Bessaih Nadia , 

Date de réception: 24-10-2020    Date de publication: 25-01-2021    pages  15-24.