Journal of Advanced Research in Science and Technology


Description

Journal of Advanced Research in Science and Technology is an open access journal, free of charges, edited by university of Ghardaia-Algeria. JARST publishes reports on improvements, two times a year, in the processing of Chemical Sciences and Applied Chemistry; Industrial and Chemical Engineering; Energy Resources and Research; Mechanical Engineering; Electronic Engineering; Hydraulics and Civil Engineering; Nuclear Engineering; Applied Physics; Computer Sciences; Software Engineering; Biological and Biochemistry Engineering; Biotechnology; Biomedical sciences and technology; Applied Pharmacology; Agricultural and Food technology; Earth sciences; Environmental Engineering.


7

Volumes

13

Numéros

115

Articles


Modélisation par la Méthode des Eléments Finis des Contraintes Mécaniques sur un Corps de Charrue à Soc Usuel

احمد نوراني,  محمد بوعزيز, 

Résumé: Ce travail a pour but de définir la surface active d’un corps de charrue à soc d'une façon précise et sa représentation graphique en 3D, dans notre cas la charrue à soc opté est MAGI, ensuite d’étudier les contraintes mécaniques par la méthode des éléments finis sur leur surface active en utilisant un maillage fin. L'étude des ces contraintes mécaniques nous a conduit, aussi, à vérifier les conditions de résistance du soc MAGI pour lequel nous disposons de données suffisantes. Elle montre, en adoptant un coefficient de sécurité de 3, qu'une épaisseur de 7,5 mm est suffisante (le soc MAGI étudié a une épaisseur de 10 mm). Il est donc possible de réduire son épaisseur afin de réduire le coût de production.

Mots clés: travail du sol – charrue à soc – Méthode des éléments finis – SolidWorks – contraintes mécaniques.


Détermination des teneurs en métaux lourds dans les compléments alimentaires mis en vente en Algérie par spectrométrie d’absorption atomique

Chebli Akli Islem,  Haddad Soumia,  Oukil Meriem,  Reffai Mohamed Amine,  Seleymi Saida,  Cheradi Sabrina,  Hamzaoui Fatimazohra, 

Résumé: Les compléments alimentaires sont des produits destinés à être ingérés en complément de l’alimentation courante afin de pallier à une insuffisance réelle ou supposée des apports journaliers. Un large éventail de substances toxiques qui contaminent les compléments alimentaires tels que le cadmium, le plomb et le mercure causant à long terme des effets cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction et pour les reins. Une méthode d’analyse des métaux dans les compléments alimentaires par spectrométrie d’absorption atomique électrothermique a été mise au point au Centre National de Toxicologie selon la norme NF 13804 et validée, le prétraitement des échantillons a été réalisé par une digestion sous pression selon la norme NF 13805. Au total un nombre de soixante (60) produits a été contrôlés et analysés par une méthode de spectrométrie d’absorption atomique en comparant le résultat obtenu avec le règlement CE n° 1881/2006 qui fixe la norme de 3 mg/Kg dans les compléments alimentaires pour le plomb et 1 mg/Kg pour le cadmium . Dans cette étude, nous avons trouvé de faibles niveaux de plomb et de cadmium dans les compléments alimentaires disponibles à la vente en Algérie, L’ensemble des résultats obtenus a montré que 5 % des échantillons présentent une teneur en plomb inférieure à LMR et 5 % une teneur en cadmium inférieure à LMR. 90% des compléments alimentaires mis en vente en Algérie étaient conforme, néanmoins 51% des produits contenaient une teneur en plomb ou en cadmium supérieure à la limite de quantification de la méthode d’analyse mais inférieure à la LMR. Si les produits ont été utilisés et conditionnés selon les instructions du fabricant, l’apport quotidien moyen en métaux lourds sera bien en deçà des apports journaliers tolérables recommandés.

Mots clés: compléments alimentaires ; métaux lourds ; contamination chimique ; analyses toxicologiques ; spectrométrie d’absorption atomique


Évaluation de l’activité antibactérienne et anti-biofilm des nanoparticules de dioxyde d’étain (SnO2)

Obeizi Zahra,  Benbouzid Houneida,  Djahoudi Abdelghani, 

Résumé: La multi-résistance bactérienne aux antibiotiques pose un énorme problème de santé publique. La formation des biofilms par adhérence des bactéries aux dispositifs médicaux, implants et tissus endommagés est la principale cause d'infections nosocomiales. Ainsi, la nécessité de développer des technologies alternatives en tant qu'agents antibactériens est devenue plus qu'essentielle. Dans cette recherche, les nanoparticules de SnO2 (Sigma-Aldrich, pureté 99,99%) ont été caractérisées en utilisant l'analyse de diffraction des rayons X (DRX), la spectroscopie infrarouge à Transformer de Fourier (FTIR), la microscopie électronique à balayage (MEB) et la spectroscopie ultraviolet-visible (UV-Vis). L'activité antibactérienne des NPs de SnO2 a porté sur la détermination de la concentration minimale inhibitrice vis à vis des bactéries Gram-négatives et Gram-positives, l'activité anti-biofilm a été réalisée en utilisant la méthode de plaque de microtitration à 96 puits contre Staphylococcus aureus et Pseudomonas aeruginosa. Les résultats de DRX confirment la structure cristalline des NPs de SnO2, la taille moyenne des grains s'est avérée être de 36 nm. Les résultats morphologiques par MEB indiquent une morphologie en forme de flocon formant des agglomérats. Les NPs de SnO2 ont présenté une bonne activité antibactérienne contre toutes les souches bactériennes testées, les valeurs des concentrations minimales inhibitrices varient entre 4 et 512 µg / ml, ainsi qu’une inhibition de formation du biofilm de S. aureus et P. aeruginosa de l’ordre de 64.07% et 68.37 % respectivement.

Mots clés: Nanoparticules de SnO2 ; Antibactérien ; Anti-biofilm ; Concentration minimale inhibitrice