AGROBIOLOGIA
Volume 11, Numéro 2, Pages 2744-2751

Effet De L’etage Bioclimatique Sur La Qualite Et Activite Antibacterienne Du Miel Recolte Dans La Region De Djelfa (milieu Steppique)

Auteurs : Yabrir Benalia . Touati Mostefa . Hamidi Mohamed . Hachi Mohamed . Adli Benzian . Bezini Elhadi . Toumatia Omrane .

Résumé

Description du sujet. Le miel est parmi les plus anciens aliments connu par l’homme. Il est bien apprécié pour sa valeur nutritionnelle et ses propriétés thérapeutiques pour lesquelles, il est utilisé. Objectifs. Le but de ce travail est de caractériser le miel produit en milieu steppique algérien et d’étudier l’effet de l’étage bioclimatique sur sa composition et son activité antibactérienne. Méthodes. Dix échantillons ont été analysés. Six échantillons proviennent d’un milieu aride inférieur (sud de la région d’étude) et quatre d’un milieu semi-aride (nord de la région d’étude). Résultats. Les résultats obtenus montrent que les miels de la zone aride inférieure sont plus riches en minéraux, protéines, moins acides, plus denses et présentant des teneurs élevées en HMF que ceux de la zone semi-aride. Par contre, les miels de cette dernière renferment plus de matière sèche et ayant un indice diastasique supérieur à ceux de la zone aride inférieure. La variabilité de la composition physicochimique des miels selon l’étage bioclimatique est non significative à l’exception pour les protéines (p<0.01). Entre autre tous les paramètres étudiés sont conformes aux normes internationales et témoignent de ce fait de leur bonne qualité. Les corrélations entre les variables sont variables et se distinguent. La teneur en eau est le paramètre le plus corrélé avec, les cendres (-0,77), la conductivité électrique (-0,66), la densité (-0,87) et l’acidité des lactones (+0,75). L’action inhibitrice des miels à l’encontre des souches testées est variable selon le gradient d’aridité. Le degré d’inhibition des dites souches varie en fonction du miel et de la dilution utilisée. L’effet antibactérien se manifeste pour des concentrations allant de 7,50 à 25%. E. coli est plus résistante aux miels du sud que ceux du nord de Djelfa (p<0.01). Conclusion. L’effet de l’étage bioclimatique sur les propriétés et la composition du miel de la steppe mérite plus d’étude et d’investigation pour mettre en exergue les variations rencontrées dans ces deux zones. D’autres facteurs, d’autres paramètres (en particulier le profil glucidique) valent plus d’intention pour une meilleure gestion durable d’un produit de haute valeur thérapeutique

Mots clés

Miel ; steppe ; étage bioclimatique ; qualité ; activité bactérienne ; Algérie