مجلة المواقف
Volume 7, Numéro 1, Pages 35-57

L’algérie Dans L’historiographie Allemande Depuis 1945

Auteurs : Nora Lafi .

Résumé

L’intérêt de l’Allemagne pour le monde arabe se fonde sur une riche tradition d’érudition orientaliste, construite dès la Renaissance et les Lumières. Les grandes universités allemandes ont très tôt mis en place des chaires d’études islamiques, de langues sémitiques ou d’histoire orientale et les grandes bibliothèques royales de l’espace germanique ont dès le XVIIIe siècle, de la Prusse à la Saxe ou à la Bavière, mené une politique d’intense acquisition d’ouvrages et de manuscrits. Si en effet les premières collections des musées allemands étaient constituées de prises de guerre face aux armées Ottomanes, rapidement la fièvre orientaliste avait gagné les érudits allemands et le domaine du livre. Un personnage comme Heinrich von Diez, diplomate à Istanbul, avait ainsi posé les fondations de la collection prussienne (Babinger (Franz), 1919: 103-129.). Durant tout le 19e siècle, les grands orientalistes allemands étaient insérés dans la sphère de connaissance issue de l’Europe des Lumières et participaient pleinement aux débats qui s’y

Mots clés

Allemagne; Heinrich von Diez; Orientalistes ; l’Europe ; Algérie