Paradigmes
Volume 3, Numéro 9, Pages 83-95

écritures émergentes Et Revendication D’une Identité Plurielle  Une Analyse à Partir Des Racontages De Marcel Kemadjou Njanke

Auteurs : Nzessé Ladislas . Goueka Ndjio Jasmine .

Résumé

jasminendjio@gmail.com Dans une étude reposant sur les nouvelles écritures francophones et leur incidence sur l’identité de l’écrivain, il s’agit de s’interroger sur la problématique de la langue d’écriture, source d’une multiplicité des formes différentes interprétées continuellement en contexte. Cet article voudrait examiner les faits exposant le phénomène d’appropriation du français dans un « genre » précis à partir de deux œuvres bien définies de Marcel Kemadjou Njanke : Les femmes mariées mangent déjà le gésier et Les hommes ne savent plus draguer. Pour ce faire, nous l’avons consacré à l’étude des variétés d’ordre morphosyntaxique et sémantique nées du rejet des normes (standards) de la langue d’écriture et du désir de l’auteur à utiliser une langue empreinte des couleurs locales et capable d’extérioriser les réalités de son environnement. L’écriture dite émergente devient alors l’endroit idéal pour une « tropicalisation » de la langue française dans la mesure où la manière de dire est une particularité pour africaniser la langue d’écriture. Les écrivains « francophones » s’en approprie et créent un espace qui leur est favorable à la revendication d’une identité qui se veut plurielle.

Mots clés

appropriation ; variation langagière ; nouvelles écritures ; contextualisation ; Identité plurielle.