Paradigmes


Description

La revue quadrimestrielle Paradigmes est la publication scientifique du laboratoire de recherche LeFEU- E1572300 (Le Français des Écrits Universitaires) de l’Université Kasdi Merbah Ouargla (Algérie). Publiée en français, la revue est destinée aux enseignants-chercheurs et doctorants ainsi qu’à tous les universitaires du domaine souhaitant publier leurs travaux (https://journals.univ-ouargla.dz/index.php/Paradigmes). Paradigmes se veut un lieu ouvert de rencontres et de confrontations entre différents points de vue. La revue privilégie la réflexion interdisciplinaire inscrite dans le champ triptyque des sciences du langage, des sciences des textes littéraires, de la didactique des langues-cultures et de manière générale tout ce qui relève du grand domaine des Arts, Lettres et Sciences Humaines et Sociales. Paradigmes est ouverte à toute proposition de texte qui s’inscrit dans une démarche universitaire rigoureuse. Des présentations de mémoires et de thèses ainsi que des critiques d’ouvrages peuvent être publiées. Les articles doivent être rédigés en français ; ils sont inédits en ce sens qu’ils ne doivent être soumis à aucune autre revue. Les articles publiés par Paradigmes sont des textes originaux. Tous les articles font l’objet d’une double révision anonyme. Les textes doivent être envoyés au format Word pour soumission via la plateforme ASJP suivant le lien : https://www.asjp.cerist.dz/en/PresentationRevue/646

Annonce

Appel à contribution pour Paradigmes vol. V, n° 1 – janvier 2022

Argumentaire

Les langues minoritaires,
un possible salut pour l’humanité

 

Numéro coordonné par :
le Pr. Saïd SAïDI (Université Batna 1, Algérie),
le Dr Mahieddine Islam Belaïd (Université Batna 2, Algérie)
et le Pr. Foudil Dahou (Université de Ouargla, Algérie)

Date limite : 15 décembre 2021

L’une des questions les plus pérennes demeure sans doute celle de la représentation du monde à travers l’arbitraire de la langue. Lequel devient transparent et si naturel que l’on admet que la langue peut représenter tout, y compris l’essence même des choses, dans leur expression la plus abstraite. La philosophie et la littérature sont sans conteste les deux disciplines les plus en vue, les plus adaptées à exprimer l’indicible. La première dit les raisonnements, les nomme, les argumente, les valide, les confirme, ou les infirme, selon la puissance des éléments de réflexion construits. La seconde raconte des faits, majoritairement de fiction, concrétise les imaginaires les plus féconds, invente des courants, élabore des esthétiques, des genres, anticipe souvent sur le devenir des humains et influe sur le cours de l’histoire, et, représente ou tente de représenter, des existences, des destins, des cheminements de vie singuliers et grandioses.

Mais aujourd’hui que le monde s’interroge sur son état et les impasses qui se profilent, sur les plans écologiques, économiques, existentiels, identitaires et les crispations, voire les crampes chroniques qui s’annoncent, que peuvent nous enseigner les minorités et surtout leurs langues ? L’humanité n’aurait-elle pas une vision plus lucide du temps, loin des vaines frénésies, si elle savait que les Hopis, tribu indienne actuellement séquestrée dans l’Arizona, n’ont pas de terme pour exprimer, nommer le temps ? Ne serait-elle pas moins mercantile, cupide et consumériste, si elle savait que les Pirahãs de l’Amazonie n’ont pas de mots pour désigner les nombres ? Ne serait-elle pas plus solidaire, moins égoïste, plus attentive aux besoins essentiels et à la valeur très humaniste du travail si elle connaissait le sens du mot amazighe « Touiza » qui signifie approximativement travail collectif, non rémunéré, adoptant l’entraide en toutes choses comme mode de vie prégnant ? Ne rêverait-elle pas plus authentiquement si elle savait que les aborigènes d’Australie ont un temps pour le rêve et un autre pour la réalité ?

Il devient urgent de comprendre que le développement n’est pas uniquement occidental. Puisqu’il a mené le monde à la malheureuse impasse dont il serait difficile de sortir. Ces minorités ou ces peuples minorisés ont aussi des enseignements à donner à l’humanité à travers les spécificités hautement humanistes de leurs langues locales. Certaines en voie de disparition. Ce qui serait, le cas échéant, une grande perte anthropologique. De leur seule faute. Car elles auront failli à la noble mission de s’affirmer.

Toutes ces langues minoritaires sont porteuses de grandes richesses spirituelles, et, apprises, étudiées, enseignées contribueront certainement à un développement beaucoup plus anthropologique, construit sur l’altérité et la reconnaissance mutuelle et non sur l’arrogance et la prédation. Car l’avenir de l’humanité sera linguistique ou ne sera pas.

****

Ce nouveau numéro thématique de la revue Paradigmes nous propose simplement et modestement de nous interroger sur le devenir des langues (quel que soit leur statut officiel) depuis longtemps menacées de disparition (d’autres déjà malheureusement disparues) ; de questionner notre mémoire immatérielle entrainée malgré elle par l’immense débâcle de la post-vérité. Un défi : serons-nous capables et en mesure à la suite de Amélie Labourdette de développer une lecture perspectiviste associant une analyse anthropologique à une poétique subjective des images ?

****

Les axes

La diversité linguistique est-elle véritablement indispensable au patrimoine de l’humanité ?

Et si Babel n’avait jamais disparu…

un nouvel ordre linguistique mondial est-il envisageable ?

Et si l’insécurité linguistique n’était qu’un autre mythe…

La justice linguistique existe-t-elle dans les faits ?

Et si tous les problèmes des hommes étaient de la faute de la ponctuation…

Les langues contemporaines ont-elles fâcheusement perdu leur poésie et leur émotivité ?

Tous les écrits de l’humanité deviennent-ils vains ?

Bibliographie indicative

Alén Garabato Carmen (2009), langues minoritaires en quête de dignité : Le galicien en Espagne et l'occitan en France, L’Harmattan, coll. « sociolinguistique», Paris.

Commission européenne/EACEA/Eurydice, (2019). L’enseignement des langues régionales ou minoritaires à l’école en Europe. Rapport Eurydice. Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne. https://eacea.ec.europa.eu/national-policies/eurydice/sites/default/files/minority_languages_fr.pdf

Djordjević Ksenija (2006), « mordve, langue minoritaire, langue minorée : du discours officiel à l'observation du terrain », Éla. Études de linguistique appliquée, 3, n° 143, Klincksieck, p. 297-311. https://www.cairn.info/revue-ela-2006-3-page-297.htm

Groupe d’experts spécial de l’UNESCO sur les langues en danger (2003), vitalité et disparition des langues, Section du patrimoine immatériel, Division du patrimoine culturel, UNESCO, Paris. https://ich.unesco.org/doc/src/00120-FR.pdf

Haut-Commissariat de l’OSCE pour les minorités nationales (2003), Lignes directrices relatives à l’utilisation des langues minoritaires dans les médias de radiodiffusion, https://www.osce.org/files/f/documents/7/7/32322.pdf

Ivanova-Smirnova Liudmila (2016), Problématiques des langues minoritaires. Peut-on comparer les situations du picard et du mari ? (Volume 1), thèse de Doctorat en Sciences du Langage (sous la dire. du Professeur Jean-Michel Éloy), Université de Picardie Jules Verne, École Doctorale en Sciences Humaines et Sociales. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01435406/document

Jeambrun Pascale & Sergent Bernard (1991), Les Enfants de la lune : l’albinisme chez les Amérindiens, éditions INSERM-ORSTOM, Paris.

Labourdette Amélie (2019), KÓSMOS - Pluralité des mondes comme bibliothèque Aby Warburguienne http://www.amelie-labourdette.com/

Lakhdari Nadia (2008), la vitalité ethnolinguistique de la communauté algérienne de Montréal de langue maternelle arabe, mémoire de maîtrise en linguistique (concentration didactique des langues), Université du Québec à Montréal. https://archipel.uqam.ca/1258/1/M10321.pdf

Laur Elke (2013). « Minorités majoritaires et majorités minoritaires : des oxymorons ? L’exemple des minorités de langue officielle au Canada ». Minorités linguistiques et société / Linguistic Minorities and Society, (3), 19-40. https://doi.org/10.7202/1016686ar

LeBlanc Matthieu (2010). « Le français, langue minoritaire, en milieu de travail : des représentations linguistiques à l’insécurité linguistique ». Nouvelles perspectives en sciences sociales, 6(1), 17-63. https://doi.org/10.7202/1000482ar

Mackenzie Pamela J. et Walker Jo (2013), L’enseignement en langue maternelle : des leçons de stratégie pour la qualité et l’inclusion (présentation stratégique de la campagne mondiale pour l’éducation), Afrique du Sud. www.campaignforeducation.org

Matthey Marinette & Fibbi Rosita (2010), « La transmission intergénérationnelle des langues minoritaires », Revue Tranel (travaux neuchâtelois de linguistique), 52, 1-7. https://doc.rero.ch/record/29259/files/Matthey_Marinette_-_La_transmission_interg_n_rationnelle_des_langues_minoritaires_20120522.pdf

Maurer Bruno (éd.) (2016), « Images de langues minoritaires en Méditerranée : dynamiques sociolinguistiques et productions idéologiques », Circula : revue d’idéologies linguistiques, n° 3, Les Éditions de l’Université de Sherbrooke (ÉDUS). http://hdl.handle.net/11143/9705

Rapporteur spécial des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités (2017), Droits linguistiques des minorités linguistiques : guide pratique pour leur mise en œuvre, Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, Genève. https://www.ohchr.org/Documents/Issues/Minorities/SR/LanguageRightsLinguisticMinorities_FR.pdf

Stuijt Mark (1994), « Les langues minoritaires dans l’enseignement », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 03 | 1994, p. 119-130. http://journals.openedition.org/ries/4243

Wyssmüller Chantal & Fibbi Rosita (2012), « Transmission d’une langue minoritaire : les pratiques langagières des jeunes de la troisième génération en Suisse », Revue Tranel (travaux neuchâtelois de linguistique), 57, 83-100. https://doc.rero.ch/record/203125/files/Wyssm_ller_Chantal_-_Transmission_d_une_langue_minoritaire_20131022.pdf

˜™

N.B. - Parallèlement au dossier thématique, la rubrique Varia est également ouverte aux auteurs qui veulent soumettre des articles hors dossier.

˜™

Cet appel à contribution s’adresse à tous les universitaires, quel que soit leur grade, ainsi qu’aux doctorants et post-doctorants qui souhaitent émettre leurs opinions et rendre compte de leurs expériences personnelles.

Les auteurs sont invités à soumettre en format Word leurs propositions d’articles via la plateforme ASJP suivant le lien : https://www.asjp.cerist.dz/en/PresentationRevue/646

Pour ce faire, les auteurs cliqueront sur la rubrique « Soumission d’article » – à droite de l’espace réservé à la revue par la plateforme ASJP.

Si l’auteur-correspondant dispose d’un compte « Nom d’utilisateur et Mot de passe » pour la revue Paradigmes, aller à « Connexion ».

Si l’auteur-correspondant a besoin d’un « Nom d’utilisateur » et d’un « Mot de passe », aller à « Inscription ».

N.B. : L’inscription et la connexion sont nécessaires pour soumettre un article en ligne et pour vérifier l’état de sa soumission jusqu’à sa publication finale.

Pour tous renseignements complémentaires s’adresser à : revueparadigmes@gmail.com

Dates importantes :

  • Lancement de l’appel à contribution : 25 septembre 2021
  • Dernier délai pour la réception des articles : 15 décembre 2021
  • Réponse aux auteurs : à partir du 20 décembre 2021
  • Publication et mise en ligne :  janvier – février 2022

25-09-2021


4

Volumes

12

Numéros

159

Articles


compte rendu sur la gastronomie

Guenaou Mustapha, 

Résumé: Un compte rendu sur la gastronomie

Mots clés: gastronomie ; art culinaire


La production intellectuelle et scientifique de la revue Paradigmes

Guenaou Fatima,  Guenaou Mustapha, 

Résumé: Cette contribution se limite à la présentation de la revue Paradigmes, son comité scientifique, ses domaines de compétence, etc. Elle regroupe tous les articles publiés par la revue. En annexes, l’usager trouvera toute la production de la revue. La production est présentée par numéro depuis le premier.

Mots clés: production intellectuelle ; production scientifique ; revue Paradigmes ; présentation ; bibliographie


L'approche éclectique de l'enseignement de l'anglais langue étrangère

Ghedeir Brahim Mohammed, 

Résumé: L'objectif de cette étude est de faire la lumière sur l'éclectisme en tant que nouvelle tendance dans l'enseignement et l'apprentissage des langues, avec un accent particulier sur l'enseignement et l'apprentissage de l'anglais. L'objectif de l'étude est de sensibiliser les administrateurs du domaine de l'éducation ainsi que les enseignants à l'importance et à l’utilité d'adopter cette méthode d'enseignement dans l'enseignement des langues, car elle s’avère être la plus efficace. Cette approche peut fonctionner efficacement pour tout type d'apprenants du fait qu’elle rend l'apprentissage est amusant et innovant en raison de la nature unique du processus d'apprentissage. L'une des prémisses de l'éclectisme est que l'enseignement doit servir les apprenants et non les méthodes. Ainsi, les enseignants devraient se sentir libres de choisir des techniques et des procédures à l'intérieur de la classe. La présente étude aboutit aux recommandations suivantes : les enseignants doivent savoir qu'ils ont le droit de choisir les meilleures méthodes et techniques dans n'importe quelle méthode en fonction des besoins des apprenants et de la situation d'apprentissage. En outre, ils peuvent adopter une technique de méthode flexible afin d'atteindre leurs objectifs. De plus, ils peuvent choisir ce qui fonctionne le mieux à un moment donné dans une situation particulière.

Mots clés: Éclectisme ; Approche éclectique ; Enseignement et apprentissage de l'anglais langue étrangère ; Besoins des apprenants ; Techniques d'enseignement