Revue Algérienne des Sciences du Langage

rasdl (revue internationale)

Description

La Revue Algérienne des Sciences Du Langage est une revue internationale qui offre un espace numérique d'échange de travaux menés dans les disciplines pertinentes pour ce champ de recherche telles que la sociolinguistique, la didactique des langues, l'analyse du discours, la psychologie cognitive, le traitement automatique des langues (TAL), la traduction, la traductologie, la terminologie, la lexicographie, la lexicologie, l'onomastique, les TICE, etc. L'objectif est d'offrir aux chercheurs, confirmés ou débutants, ainsi qu'aux praticiens un lieu d'expression, d'information et d'échange accessible à tous grâce à la libre circulation de l'information. La RADSL s'inscrit dans la lignée des publications scientifiques à accès libre. Le conseil scientifique de la revue comprend des spécialistes connus et reconnus sur la scène scientifique internationale. La procédure de sélection des articles suit scrupuleusement les critères des publications scientifiques : relecture anonyme par le comité de lecture. Cette revue est la concrétisation d'une collaboration de deux jeunes chercheures algériennes formées dans le cadre de l'EDAF (Ecole doctorale algéro-française) avec le soutien du Laboratoire de Linguistique, sociolinguistique et didactiques des langues (LISODIL) dirigé par le professeur Taleb Ibrahimi Khaoula. Dr. Wafa Bedjaoui et Dr. Noudjoud Berghout sont les responsables scientifiques de rédaction. Première mise en ligne du site l4-12- 2015


2

Volumes

7

Numéros

70

Articles


La banlieue à travers le discours Regards d’ici / regards d’ailleurs

Haddad Mohand, 

Résumé: Les regards que l’on pourrait avoir face à la banlieue pourraient être distincts selon les lieux de leur jaillissement. Une étude qui tenterait de confronter deux de ces regards serait-elle envisageable ? En raison d’un nécessaire dépassement des clichés en circulation, nous postulons que ces regards s’éloigneraient de certains lieux communs pour produire des discours plutôt conciliant en raison d’une recherche d’une altérité bâtie sur la reconnaissance et le respect. L’hypothèse serait donc que même s’il y a, dans le discours des banlieusards, des marques de survalorisation, celui-ci tente de les dépasser en argumentant en faveur de l’altérité. Dans le discours de l’autre (étranger), n’y aurait-il pas aussi tentative de dépassement pour argumenter en faveur du vivre-ensemble ?

Mots clés: Banlieue ; discours ; Paris ; France ; Chanson ; représentation


Praxis linguistiques et hiérarchisation spatiale à Béjaia.

Bourkani Hakim,  Yahia-cherif Rabia, 

Résumé: Cette étude sera centrée sur la corrélation entre espaces urbains signifiants et pratiques linguistiques effectives à Béjaia. Les deux discours épilinguistiques et topologique peuvent nous renseigner des différentes manières de saisir le processus d’appropriations et de hiérarchisation des espaces. En adoptant les outils théoriques et méthodologiques que nous offre la sociolinguistique urbaine, nous comptons appréhender les représentations associées aux langues et aux espaces, de ce fait les questions de départ auxquelles nous tenterons d’apporter des réponses tournent autour de l’association des langues particulières par nos témoins aux espaces particuliers, ainsi que le processus de hiérarchisation des langues pratiquées selon les espaces dans le discours de nos témoins. A ce niveau, nous pouvons prétendre associer un parler spécifique à un espace bien délimité mais la valeur de ce parler reste à définir auprès des locuteurs dits bougiotes. Nous pensons également à l’espace étudié qui ne peut être autre que porteur de signification et de différenciations de tous ordres.

Mots clés: Pratiques linguistiques ; représentations linguistiques ; espaces ; hiérarchisation ; ville


arts urbains : institutionnalisation d’un mode d’expression marginalisé ?

Bestandji Nabila, 

Résumé: Les arts urbains ont toujours été vus comme des arts vandales, marginalisant ainsi la parole et les actes qui accompagnent le geste des tagueurs et graffiteurs. Dans notre communication nous analysons un nouveau phénomène née de l'institutionalisation de cet art par les autorités algériennes et nous nous posons une question fondamentale : est ce que le fait d'institutionnaliser ces formes d'expression n'est pas un moyen comme un autre de museler une jeunesse et une expression.

Mots clés: Arts urbains ; sociolinguistique urbaine ; graffitis ; tags


Les enseignes commerciales au centre-ville d’Alger : choix des langues et représentations. Cas de la rue Larbi Ben M’hidi (ex rue d’Isly) d’Alger-centre

بن منصور زهرة,  برغوث نجود, 

Résumé: Cet article s’inscrit dans le cadre de la sociolinguistique urbaine qui s’intéresse à l’étude des effets de la ville sur les langues. Dès son émergence, cette discipline a considéré la ville, le quartier, la rue comme un produit social. Les travaux effectués dans cette discipline ont mis en exergue les questions de l’urbanité, de spatialité, des représentations et des pratiques socio-langagières. Dans ce travail, nous allons cerner les écrits de la ville à travers la signalétique linguistique ou l’environnement graphique considéré comme étant une sorte d’affichage qui permet à l’usager de la ville de se retrouver dans l’espace urbain. Plus précisément, nous avons choisi de travailler sur les enseignes de magasins de la rue Larbi Ben M’hidi (ex rue d’Isly) d’Alger-centre. A travers l’affichage commercial de cet espace urbain, nous avons comme objectif de vérifier les représentations sociolinguistiques et urbaines ainsi que la mise en mots des commerçants sur le choix des langues qu’ils se sont appropriées dans leur affichage. Ainsi, nous essayerons de mettre en exergue les critères incitant nos locuteurs (les commerçants) à choisir leur(s) langue(s) mise(s) sur les devantures de leurs magasins.

Mots clés: enseignes commerciales ; espace urbain ; représentations sociolinguistiques et urbaines ; choix linguistique ; appropriation de l'espace sociolinguistique urbaine