Revue Algérienne des Sciences du Langage

rasdl (revue internationale)

Description

La Revue Algérienne des Sciences Du Langage est une revue internationale qui offre un espace numérique d'échange de travaux menés dans les disciplines pertinentes pour ce champ de recherche telles que la sociolinguistique, la didactique des langues, l'analyse du discours, la psychologie cognitive, le traitement automatique des langues (TAL), la traduction, la traductologie, la terminologie, la lexicographie, la lexicologie, l'onomastique, les TICE, etc. L'objectif est d'offrir aux chercheurs, confirmés ou débutants, ainsi qu'aux praticiens un lieu d'expression, d'information et d'échange accessible à tous grâce à la libre circulation de l'information. La RADSL s'inscrit dans la lignée des publications scientifiques à accès libre. Le conseil scientifique de la revue comprend des spécialistes connus et reconnus sur la scène scientifique internationale. La procédure de sélection des articles suit scrupuleusement les critères des publications scientifiques : relecture anonyme par le comité de lecture. Cette revue est la concrétisation d'une collaboration de deux jeunes chercheures algériennes formées dans le cadre de l'EDAF (Ecole doctorale algéro-française) avec le soutien du Laboratoire de Linguistique, sociolinguistique et didactiques des langues (LISODIL) dirigé par le professeur Taleb Ibrahimi Khaoula. Dr. Wafa Bedjaoui et Dr. Noudjoud Berghout sont les responsables scientifiques de rédaction. Première mise en ligne du site l4-12- 2015

2

Volumes

7

Numéros

70

Articles


La créativité linguistique dans « Les Matitis », Fréddy NDONG MBENG : une analyse linguistique des particularités lexicales

Andeme Allogo Marie-france, 

Résumé: Résumé L’auteur de « Les Matitis » les définit comme « des villages en ville, des grands villages en ville de Libreville (…) des univers en contre-plaqué en planches et en tôle de Libreville » (F. Ndong Mbeng, 2016 :15) . Les matitis, ce ne sont en réalité, ni la banlieue, ni le quartier, ni même la cité, ce sont des ghettos, des melting pots au cœur de Libreville. L’insalubrité, le chômage, la précarité la prostitution, la drogue etc. sont le lot quotidien des habitants des matitis. Le texte est labyrinthique et linguistiquement hétérogène à l’image des matitis. La langue de la rue croise celle du français normé mais aussi des langues locales. La résultante de ce brassage c’est l’apparition d’un sociolecte fait de diverses lexies particulières, de simplifications syntaxiques, de néologismes, de détournements, de calques, etc. Cette contribution a pour objectif de montrer que, bien qu’écrit dans un français non normé, la créolisation du français des «Matitis» est révélatrice du génie linguistique créatif de ces peuples, à la périphérie de la société. Ceux-ci pour traduire leurs réalités quotidiennes emploient une langue où les signes linguistiques ne sont pas toujours arbitraires. Cette langue, au lieu d’être stigmatisée, mériterait un grand intérêt par «les normalistes» de la langue française. Abstract The author of « Les Matitis » definies them as « villages in the city, big villages in the city of Libeville (…) a universe of plywood in boards and asbestos roofing sheets of Libreville” ( F. Ndong Mbeng, 2016: 15) . The matitis in reality, are neither suburbs nor the neighbourhoods, nor the city itsef , they are ghettos, melting pots in the heart of Libreville. Unsalubrity, unemployment, precariousness, prostitution, drug , etc, are the lots of the inhabitants of the matitis. The text is labyrinthine and linguistically heterogeneous in the image of mastitis. The language of the street comes in contact with of standard French, as well as with some languages. The result of this mixture is the birth of a sociolect made up of diverse lexical particularities syntactic, simplifications, neologisms, deviations loan translations; etc.This paper seeks to show that, while writing in non-standard French the creolization of the “Matitis” French reveals the linguistic creativity genius of these people living on margin of society and of society. These, to translate their daily realities create and use de language where the linguistic signs are not always arbitrary. This language, instead of being stigmatized would deserve a big interest by “the normalists” of the French language. Keys words: Creativity, particularities, Libreville, vocabulary, norm.

Mots clés: Créativité, particularités, Libreville, lexique, procédés, norme


La banlieue à travers le discours Regards d’ici / regards d’ailleurs

Haddad Mohand, 

Résumé: Les regards que l’on pourrait avoir face à la banlieue pourraient être distincts selon les lieux de leur jaillissement. Une étude qui tenterait de confronter deux de ces regards serait-elle envisageable ? En raison d’un nécessaire dépassement des clichés en circulation, nous postulons que ces regards s’éloigneraient de certains lieux communs pour produire des discours plutôt conciliant en raison d’une recherche d’une altérité bâtie sur la reconnaissance et le respect. L’hypothèse serait donc que même s’il y a, dans le discours des banlieusards, des marques de survalorisation, celui-ci tente de les dépasser en argumentant en faveur de l’altérité. Dans le discours de l’autre (étranger), n’y aurait-il pas aussi tentative de dépassement pour argumenter en faveur du vivre-ensemble ?

Mots clés: Banlieue ; discours ; Paris ; France ; Chanson ; représentation