مجلة المنظومة الرياضية
Volume 5, Numéro 3, Pages 273-285

Effets De Différentes Séquences De Travail Intermittent Sur La Vitesse Maximale Aérobie Et La Fréquence Cardiaque Chez Des Jeunes Footballeurs

Auteurs : Aissa Bakli . Saleh Medjili .

Résumé

Cette étude se justifie par la place de plus en plus importante que prend le football dans la société algérienne. Par nos résultats, nous essayons d'introduire de nouvelles méthodes d'entraînement au football ce qui peut aider au développement des jeunes entraineurs Algériens ainsi que les jeunes pratiquants. Scientifiquement nous voulons améliorer le rendement des joueurs ; Ils feront plus d'efforts intenses tout au long du match avec moins de dépenses énergétiques. Ils pourront couvrir plus de terrain, auront une meilleure endurance et autres qualités physiques donc une meilleure performance. Le travail intermittent constitue une forme d’entraînement très intéressante pour l’amélioration de la puissance maximale aérobie pour les sports collectifs. La plupart du temps il s’effectue à partir de séquences de course (5-15, 10-20, 15-15, etc…) à des vitesses proches de la vitesse maximale aérobie. Nous avons voulu étudier les effets de l’introduction de séquences à forte sollicitation musculaire (sprints, bondissements, charges) dans des intermittents cours a fin de connaître l’effet sur la vitesse maximale aérobie et la fréquence cardiaque. Le but de cette étude était de comparer les effets de quatre séquences de travail intermittent de07minutes et 40 secondes(10 secondes d’effort alternées avec 20 secondes de repos, répété 20 fois) sur la vitesse maximale aérobie,et la détente chez des jeunes footballeurs. . La population est composée de 56athlètes répartis en 4 groupes de 14 joueurs de football âgés de 17,3 ans (± 0,6) de taillemoyenne 175 cm(± 4,6), et de poids moyen 69,81 kg (±6,6) ontparticipéà4 différentes séquences d’exercices intermittents de période 10 s – 20 s de 10. mn et 30 s de durée, répartis en 4 groupes de 14 joueurs. Le premier groupe : Les joueurs effectuaient pendant 10s une distance comprise entre 45 et53 msur un terrain de football avec 2 changements de direction, puis ils marchaient 20 s pour revenir au départ calmement. Cette séquence était reproduite 16 fois (soit 10 mn 30secondes d’effort effectif : 07mn et 40secondes. Le deuxième groupe Lesjoueurseffectuaientpendant10 s une distance comprise Entre 45 et 53 m sur un terrain de football avec deux changements de direction, puis ils marchaient20spourreveniraudépartcalmement, puis ils effectuaient un sprint de 20m (3s) et une récupération de27s. Cet enchaînement fut reproduit pendant 07mn et 40 secondes. Le troisième groupe : Les joueurs effectuaient pendant10 s une distance comprise entre 45et53m sur un terrain de football avec2changementsdedirection, puis ils marchaient 20s pour revenir au départ calmement, puis ils effectuaient 10 s en bondissements pieds joints et une récupération de 20 s, Cet enchaînement fut reproduit pendant 07mn40mn 30 s. Le quatrième groupe : Les joueurs effectuaient pendant 10 s une distance comprise entre 45et53m sur un terrain de football avec deux changements de direction, puis ils marchaient 20s pour revenir au départ calmement, puis ils effectuaient 5 ½ squat à 70 % en10 s et une récupération de 20 s . Cet enchaînement fut reproduit pendant 07 mn 40 s. Une évaluation a été programmée après 8 semaines a l’aide d’un test de VAM luc leger et Pour contrôler la charge d’entrainement on a utilisé l’échelle de Borg Nous avons utilisé les tests paramétriques de Anova et t tests pour analyser d’une part l’évolution des paramètres après quatre et huit semaines d’entraînement pour chaque groupe et d’autre part pour comparer les paramètres entre les quatre groupes. Pour la vitesse aérobie maximale. Les résultats font apparaître une différence significative pour tous les groupes.le groupe course présente des différences significatives avec toutes les autres groupes pour la fréquence cardiaque moyenne entre l’intermittent course et l’intermittent sprint (180,8 p/mn contre 169) entre l’intermittent course et l’intermittent charge (178,8 p/mn contre 170) .

Mots clés

travail intermittent - ; Vitesse Maximale Aérobie - ; la fréquence cardiaque- ; jeunes footballeurs