SOCLES

société et langues

Description

La revue Socles (Société et Langues) est une revue de publication annuelle à partir du n°8 publié en 2016 après avoir publié des numéros semestriels de 2012 à 2016 . Elle se veut le reflet des recherches, privilégiant l’interdisciplinarité. Elle est éditée dans les langues française et anglaise par le Laboratoire de Linguistique et de Sociodidactique du Plurilinguisme (LISODIP) de l'Ecole Normale Supérieure de Bouzaréah (ENS). Elle a pour objectif d'analyser les discours produits dans les situations plurilingues et de réfléchir à l'impact du plurilinguisme sur les différentes situations de productions discursives. Les travaux qui sont publiés dans Socles s'inscrivent dans des domaines variés en sociolinguistique, en sociodidactique et en littérature francophone en contextes plurilingues. Ces recherches, malgré la diversité des problématiques, des contextes et des corpus, s’intéressent toutes aux situations de pluralité des langues, des variétés et des usages, à leurs modes de contacts, aux représentations produites, tant dans le cadre socioprofessionnel et scolaire que dans le cadre littéraire. Elles permettent de réunir des données contextualisées et de s’interroger sur les enjeux épistémologiques et théoriques qu’induisent les transférabilités modélisatrices de certains concepts et démarches dans lesquelles le français est en contact avec d’autres langues. La revue Socles accueille des travaux originaux et s'ouvrent sur les interrogations nationales et internationales relatives à la pluralité linguistique.


5

Volumes

11

Numéros

136

Articles


Commentaires sur la situation du français en contexte algérien post-colonisé : itinéraire d’une langue dans un espace

Benazzouz Abdelnour, 

Résumé: La situation du français en aire algérienne semble toujours constituer une actualité sociale en interpellant toujours le politique (législateur), le spécialiste (socio-linguiste) tout autant que le locuteur (francophone ou autre), tant elle s’inscrit dans une évolution permanente qui fait que le rapport (in)formel à cette langue se voit encore aujourd’hui entaché d’ambigüité, d’incompréhension, d’ambivalence voire même de contradiction ; une preuve de cette contradiction est l’hétérogénéité caractérisant les statuts qui lui sont attribués et/ou assignés voila une cinquantaine d’années par les uns et par les autres. La présente contribution, en convoquant tour à tour des éclairages sociologiques et sociolinguistiques, cherche à revisiter des discours et des représentations actuelles et anciennes au passage sur cette langue et plus spécifiquement chez une population jeune éduquée moyenne francophone, (prise ici comme cas d’étude), et s’engage nécessairement dans une démarche de commentaires en vue d’une (re) précision du statut du français parmi les autres langues dans une aire algérienne, qui se tourne de plus en plus vers le monde globalisé d’aujourd’hui.

Mots clés: Représentation(s), français, statut, langue seconde, locuteurs francophones


Les actes de désaccord comme critère d’évaluation de la compétence d’interaction en FLE

Bourdime Lakhdar, 

Résumé: Résumé : La réflexion que nous proposons s’inscrit dans les études interactionnistes. Les actes de désaccord ou d’enchaînements contrastifs pourraient être considérés comme des traces du développement langagiers des apprenants et composante de la compétence d’interaction. L’étude s’efforce de mettre en évidence quelques spécificités des actes de désaccord dans des interactions en situation de débat et les fonctions qu’elles y remplissent Un débat oral recueilli dans le cadre d’une séquence pédagogique a fait objet d’enregistrement puis d’analyse du développement de la compétence d’interaction en FLE des apprenants sortant de la terminale du secondaire algérien. La présente étude présente un des résultats de notre thèse de doctorat en cours de finalisation. Mots clés : FLE, compétence d’interaction, savoir-faire interactionnels, enchainement discursive ; actes de désaccord ; reformulation.

Mots clés: FLE ; Compétence d'interaction ; savoir-faire interactionnels ; enchainement discursive ; actes de desaccord ; reformulation


Plurilinguisme et appropriation de l’oral en école de formation de formateurs : quelques pistes exploratoires en vue de « sentir » autrement l’insécurité linguistique.

Becetti Ali, 

Résumé: RESUME L’auteur part de sa propre expérience de formateur de formateurs à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Bouzaréah, pour explorer les rapports entre l’appropriation du français par quelques étudiants-normaliens et l’insécurité linguistique (IL). En s’intéressant aux parcours d’appropriation de ces normaliens, via des récits de vie, il défend l’idée qu’une méthode purement objectiviste et explicative, celle classique, réduite aux manifestations de l’IL, ne pourrait pas révéler, à elle seule et de façon approfondie, le côté invisible de l’IL, ce qu’éprouvent ces normaliens comme sentiment. Il propose, en contraste, quelques esquisses d’une approche PH qui réhabilite l’arrière-plan socio-biographique, le côté expérientiel et relationnel des témoins, y compris le vécu du chercheur, perçu ici comme un socle à partir duquel la compréhension des autres est rendue plus intelligible. Il propose, en conclusion, quelques pistes didactiques exploratoires pour prendre au sérieux le sentiment d’IL dans une situation formelle d’appropriation du français. Plurilingualism and appropriation of the oral in the training of trainers school: some exploratory tracks in order to "feel" linguistic insecurity differently ABSTRACT The author starts from his own experience as a trainer of trainers at the Ecole Normale Supérieure (ENS) of Bouzaréah, to explore the relationship between the appropriation of French by some students-normaliens and linguistic insecurity (IL). By focusing on the appropriation pathways of these normals, via life stories, he defends the idea that a purely objectivist and explanatory method, the classical one, reduced to manifestations of the IL, could not reveal it alone and in a deep way, the invisible side of the IL, what these normal people feel like feeling. In contrast, he proposes some sketches of a PH approach that rehabilitate the socio-biographical background, the experiential and relational side of the witnesses, including the researcher's experience, perceived here as a base from which the understanding of others is made more intelligible. He proposes, in conclusion, some exploratory didactic tracks to take seriously the feeling of IL in a formal situation of appropriation of French.

Mots clés: Mots –clés : insécurité linguistique, appropriation, phénoménologie-herméneutique, sentiment


Traces de l'oral dans les contes écrits et intérêts didactiques

Hamadache Tahar,  Ammouden M'hand, 

Résumé: Notre étude a deux objectifs : rendre compte de la complexité des relations oral/oralité/écrit dans les contes et à s’interroger sur leurs intérêts didactiques. Le relevé et l’analyse des traces de l’oral/oralité dans deux contes algériens publiés en français nous conduisent à postuler que la didactisation de contes oraux et écrits pourrait, entre autres, favoriser la « reconstruction » des rapports à l’écrit, à l’oral, l’approche intégrée de l’oral et de l’écrit et le développement des compétences plurilingue et de médiation linguistique et culturelle.

Mots clés: oral ; contes ; Rapport à l'écrit et à l'oral ; approche intégrée ; compétence plurilingue


L’oral : un objet complexe en terrain plurilingue

Aci Ouardia, 

Résumé: Dans ce texte introductif, les auteures tentent de montrer comment pratiques orales et plurilinguisme peuvent se concilier, en contexte algérien et même au-delà, pour le plus grand profit des élèves, de leurs apprentissages et de leur épanouissement personnel. Elles partent des pratiques sociales ordinaires pour en tirer des compétences « déjà-là » à faire fructifier, afin d’aller vers les compétences consciemment plurilingues pour un avenir tolérant et pacifié. Elles s’appuient, ce faisant, sur des données orales du quotidien.

Mots clés: oral ; plurilinguisme ; pluriculturalisme ; Algérie ; complexité