Aleph
Volume 7, Numéro 4, Pages 79-104

L’acte Du Divorce à La Lumière D’une Analyse Pragmatico-enonciative : De La Sexuation De La Performativité Et De La Deixis Au Reflet D’une Autorité Au Masculin.

Auteurs : Mahraoui Abdelkarim . Zenati Jamel .

Résumé

Le concept de l’autorité ne se conçoit qu’en relation avec le concept de l’altérité d’un côté et celui du pouvoir de l’autre. Tout acte d’autorité prévoit par inférence, en son ouverture même, deux instances : une instance exerçante, qui agit et une instance "agie", qui le subit et qui est tenue d’obéir. Et toute soustraction à l’exercice de cette autorité est rébellion. Poser la question de l’autorité comme acte performatif et la saisir à travers ses Deixis peut déboucher sur l’interrogation des marqueurs de son immanence en discours et révéler ainsi le mode opératoire de son fonctionnement. En conséquence, dans la présente contribution, nous tentons de démontrer que la performativité, dans l’acte de divorce tel qu'il est porté par le code de la famille en Algérie, est sexuée id est, elle actualise une différence et induit une andro –autorité. Nous montrerons comment la scénographie schématisée par l’article 48 du code de la famille algérien, relatif à l’acte de divorce dessine les contours d’un discours où se joue des rapports de place et de force, d’un espace discursif où seul l’acte énonciatif porté par un « je » masculin est directement autorisé. La parole « féminine », si tant est qu'elle reçoit existence, ne s’introduit que par le truchement d’une médiation. La femme est souvent un délocuté, un objet de parole sans plus. C'est l'être dont il est question, celui dont on parle. Pour quelque hideuse que soit cette loi, elle sera ici examinée avec un œil de linguiste même si par endroits, des intrusions somme toute humanistes de notre subjectivité se laissent entrevoir.

Mots clés

inférence ; scénographie ; deixis ; actes de langage ; performatifs ; autorité ; grammaire de l’énoncé