أبحاث قانونية وسياسية
Volume 3, Numéro 2, Pages 132-144

L’algérie, Le Temps Des Crises Et Des Incertitudes Post-bipolaires

Auteurs : Allaoua Ouichène .

Résumé

Résumé Cet article se penche sur la question de savoir pourquoi l’Algérie des vingt dernières années, et voire même bien avant, a perdu de sa gloire passée, celle des années de la guerre de libération ? Avec « L’Algérie, Le temps des crises et des incertitudes post-bipolaires, » cette étude s’attache à expliquer que l’Algérie des années 60, 70 et 80 dite du non-alignement de façade ne l’a jamais été réellement parce qu’elle s’est liée au camp soviétique, son idéologie socialisante (la Charte nationale de 1976 décrétée du temps du colonel-président Houari Boumediene) ayant pris le dessus sur les intérêts supérieurs de l’Algérie post-1962 en matière de politique étrangère comme de politique interne. L’appareil diplomatique, au service du clan d’Oujda, organisateur des coups d’Etat de 1962 et 1965, allait servir les intérêts bien compris de ce groupe social et laisser passer de nombreuses occasions de hisser l’Algérie à la hauteur des questions pertinentes de développement autocentré et des causes de liberté dans le monde. Loin des sentiers mortifères de soutien idéologique et militaire aux dictatures du Tiers Monde sous prétexte de ‘’droit à l’auto-détermination et de libération des peuples’’ de l’hémisphère Sud des tutelles autoritaires de l’impérialisme occidental, car en Algérie, les aspects idéologiques ont toujours prévalu sur les questions de droit. Ce qui explique pourquoi l’Algérie n’a pas vu venir la chute du camp socialiste et la redistribution post-guerre froide, et à son détriment, des cartes de la géopolitique internationale. Dès lors, avec les années 1990, l’Algérie allait s’installer et fonctionner durablement en modes ‘’Crises et Incertitudes post-bipolaires.’’ Abstract : This article examines the question of why Algeria in the last twenty years and even long before losts its glory past that of the period of the liberation war. Whith Algeria, « the time of crises and the post-bipolar uncertainties, » this study endeavors to explain that Algeria of the years 60, 70 et 80 so-called facade non-alignment said of the non-alignment of facade has never really been because she joined the soviet camp, his socializing ideology (the national charter of 1976 decree of the time of colonel-president Houari Boumedienne) having gained the upper hand on the interests of Algeria post 1962 in matters of foreign policy. The diplomatic apparatus at the service of the Oujda clan, organizer of the 1962 and 1965 coups, would serve the well-understood interests of this social group and let pass many opportunities to hoist Algeria up to the relevant questions of self-centered development and causes of freedoom in the World. Far from the deadly paths of ideological and military support for Third World dictatorships, under the pretext of the right to self-determination and the liberation of the peoples in the southern hemisphere of the authoritarian guardianships of Western imperialism, because in Algeria, ideological aspects have always prevailed over questions of law. Which explains why Algeria did not see coming the fall of the socialist camp and the redistribution post cold war, and to its detriment, of the maps of the internatioanl geopolitics. From then, on with the 1990s, Algeria was going to settle and operate durably in ‘’Crisis and post bipolar uncertainty modes.’’

Mots clés

Politique étrangère ; diplomatie ; guerre de libération ; non-alignement ; droit à l’autodétermination des peuples ; contrôle idéologique de la société Diplomacy ; Liberation War ; Non-Alignment ; Right to Self-determination of Peoples ; Ideological Control of Society.