مقاربات
Volume 2, Numéro 3, Pages 245-253

La Configuration De L’espace D’exclusion Dans « Le Chinois Vert D’afrique » Et « Shérazade, 17 Ans, Brune, Frisée, Les Yeux Verts » De Leila Sebbar.

Auteurs : قوال زواوية ايمان . Souhila Boukri .

Résumé

Les fictions de Sebbar mettent en relief une identité métissée, caractérisée par des contradictions, dirigeant les personnages vers une revendication et une création d’un espace d’opposition qui leur permettraient de s’inscrire dans une identité nouvelle, construite sur des valeurs caractéristiques des deux espaces maghrébin et français. Dans cet article, nous nous proposons d’aborder la question de l’espace destiné aux exclus. Il s’agit d’abord de déterminer les lieux inhérents à l’exclusion pour explorer ensuite les systèmes de réappropriation de l’espace. L’origine de ce questionnement réside dans Paris puisque les exclus sont, au départ, établis dans la banlieue de la capitale. L’occupation de l’espace urbain admet d’établir la relation entre l’Algérie et la France, élément essentiel de la quête reconduite par Mohamed et Shérazade (les protagonistes des deux récits) inlassablement en mouvement.

Mots clés

La configuration de l’espace d’exclusion dans « Le Chinois vert d’Afrique » et « Shérazade, 17 ans, brune, frisée, les yeux verts » de Leila Sebbar.