Le Journal de l'Eau et de l'Environnement
Volume 7, Numéro 13, Pages 84-91

Influence Des Donnees D’entree Du Modele Swat Sur La Quantification Des Pertes En Sol Dans Un Bassin Versant Semi Aride En Tunisie Impact Of Swat Input Data On Soil Erosion In A Semi-arid Catchment

Auteurs : Mosbahi M. . Benabdallah S. . Boussema M.r. .

Résumé

Résumé : L’érosion hydrique est un phénomène complexe et largement répandu dans les pays semi-arides à cause de la nature torrentielle des pluies, leur variabilité spatiale, l’hétérogénéité des sols ainsi que l’impact défavorable des activités humaines. Devant l’aggravation des dégâts observés au cours de ces vingt dernières années, plusieurs modèles d’érosion ont été développés mais la nécessité de décrire l’hétérogénéité des systèmes naturels rend leur application difficile. L’objectif de ce travail vise étudier le modèle d’érosion hydrique SWAT, un modèle à base physique et distribué développé à l’USDA - Agricultural Research Service, sur le bassin versant de l’oued Sarrath localisé au nord-ouest de la Tunisie et couvant une superficie de 1520km². Un barrage est planifié sur ce bassin versant. L’application de ce modèle nécessite la préparation d’une banque de données spatiales renfermant le modèle numérique de terrain, les couches pédologique et occupation du sol et des données météorologiques journalières. Les simulations effectuées par le modèle se basent sur une discrétisation du bassin versant en unités de réponse hydrologique (URH) obtenues par la combinaison des couches cartographiques de sol, d’usage de sol et de la topographie. Provenant d’informations ponctuelles et spatialisées, l’ensemble des données d’entrée peut influencer la cohérence et la précision des résultats obtenues par modélisation. Ainsi, on s’intéresse dans cet article à évaluer l’impact de deux paramètres clé sur les simulations des pertes en sols. Il s’agit du nombre et de l’emplacement des URH ainsi que la variabilité spatiale de la pluviométrie dans le bassin versant étudié. L’étude du premier paramètre consiste à changer le mode de discrétisation en sous bassins et en URH ce qui induit une influence sur les longueurs des cours d’eau, la variation du temps de concentration et par conséquent sur le calcul de l’apport en sédiment. Quant à la pluviométrie, on montre que l’usage de différents scénarios de répartition de postes pluviométriques sur la détermination des pertes en sol. Abstract : Erosion is a complex and largely widespread phenomenon in the semi-arid countries because of the torrential nature of its rain, their spatial heterogeneity of soils as well as the impact of the human activities. In front of the aggravation observed during the twenty last years, several models of erosion were developed but the need for describing the heterogeneity natural systems makes their application difficult. The main objective of this work aims to study the model of erosion SWAT, a physically based and distributed model developed by the USDA - Agricultural Research Service, applied to the Sarrath Wadi located in the North-West of Tunisia over an area of 1520km². A dam is planned on this catchment. Application of this model requires the preparation of a database containing the digital elevation model, the soil and land occupation layers along with daily weather data. The simulations carried out by the model are based on subdividing the catchment area in units of hydrological response (HRUs) obtained by the combination of the different prepared cartographic layers. The input data can influence the coherence and the precision of the results obtained by modelling. Thus, we are interested in this article to evaluate the impact of two key input parameters on simulation of the sediment yield. These are the number of HRUs as well as the spatial variability of rainfall. The study of the first parameter consists in changing the mode of dividing the area into sub-basins and HRUs which induced an influence on the lengths of the water courses, on the variation of time of concentration and consequently on sediment yields. As for rainfall, we showed that the use of various scenarios of rain gages distribution influenced the determination of the soil losses.

Mots clés

SWAT, érosion, données d’entrée SWAT, erosion, input data