Bulletin du Service Géologique de l'Algérie
Volume 27, Numéro 1, Pages 3-42

Le District Volcanique Du Manzaz (hoggar, Sahara Algerien): Geologie, Petrographie Et Mineralogie

Auteurs : Benhallou Amel-zoulikha . Azzouni-sekkal Abla . Bonin Bernard . Ikhlef-debabha Faiza . Ben El Khaznadji Riad . Liégeois Jean-paul .

Résumé

Le massif du Manzaz (1500 km²) fait partie de la province volcanique cénozoïque du Hoggar, limité par les méridiens 5°33’et 6°00’E et les parallèles 23°45’et 24°00’N. Il se situe dans le métacraton LATEA à la limite des terranes d’Azrou N’Fad et de la Tefedest. Ses laves se sont épanchées à partir du Miocène sur un socle relativement plat, constitué de gneiss essentiellement éburnéens et d'intrusions granitiques panafricaines. De très nombreux cônes de scories monogéniques récents et bien conservés accompagnent de rares cônes polygéniques, le double maar d'Oukcem et le spatter cone (cône de projections) d'Iteghrene. Ils ont émis des coulées basiques riches en enclaves de péridotites qui recouvrent les coulées plus anciennes (Miocène?). Des bombes de tailles et de formes différentes, d’importants niveaux de tufs ainsi que des niveaux de pouzzolane forment et recouvrent les flancs des cratères. Les basanites prédominent, avec de rares basaltes alcalins et un trachybasalte. Une coulée ancienne est constituée de trachyandésite. L'ensemble des roches du Manzaz se caractérise par la présence d’olivine (Fo88 à Fo56); l'olivine d'origine mantellique Fo88 – Fo87 caractérise certaines basanites et le basalte alcalin. Le clinopyroxène est un diopside. L'orthopyroxène magmatique (enstatite) n'apparaît que dans le trachyandésite ancien. La composition du plagioclase varie de An68 à An30, en association avec un rare feldspath ternaire. L’un des caractères spécifiques du district du Manzaz est la présence de l'amphibole, rarement en phénocristaux dans les laves, mais abondante sous forme de microcristaux dans l'ensemble de la suite volcanique, y compris dans les roches les plus primitives. Les oxydes de Fe-Ti appartiennent à la solution solide ulvöspinelle–magnétite. L’altération hydrothermale se marque par la leucite et l'analcime et se traduit par la paragenèse typique du faciès des schistes verts [chlorite + épidote + carbonates]. Enfin, l'association [calcite ferreuse + fluorite + zéolites] a été détectée également dans la pâte du trachybasalte. Les températures calculées par le géothermomètre des couples de pyroxène varient entre 1100°C et 900°C pour les phénocristaux et entre 1000°C et 500°C pour les microlites. La température et la pression de cristallisation de l’amphibole est estimée en moyenne à 1200°C / 0.92 ± 0.06 GPa dans le basalte alcalin, à 860-700°C / 0.72 - 0.37 ± 0.06GPa pour les basanites et 710°C / 0.25 ± 0.06 GPa dans le trachyandésite. Le fonctionnement en profondeur des systèmes volcaniques du Hoggar, dont le district du Manzaz fait partie, et la mise en place en surface, ont été favorisés par la réactivation des méga-cisaillements panafricains disséquant le socle granito-gneissique, à l'intérieur ou aux frontières du métacraton LATEA.

Mots clés

Hoggar central - Basanite - Basalte alcalin - Trachybasalte - Trachyandésite - Olivine - Pyroxène - Amphibole - Plagioclase - Oxydes de Fe-Ti - Manteau