الخطاب
Volume 14, Numéro 2, Pages 287-302

Une Quête De Soi Au Carrefour Des Identités : Fiction Et Réalité Dans Surtout Ne Te Retourne Pas De Maissa Bey

Auteurs : Betouche Aini .

Résumé

Surtout ne te retourne pas est l’histoire d’une jeune fille victime d’un double séisme, naturel et identitaire. C’est aussi l’histoire d’Amina, l’amnésique qui tente de « démêler les fils » de son existence passée à travers les histoires tragiques des uns et des autres notamment celle de Dada Aicha, de Mourad, de Nadia, de Sarah. Dans cet article, il s’agit d’interroger Amina au carrefour d’identités plurielles. Serait-elle Amina, fille d’un entrepreneur si affairé de son statut de futur législateur, d’une mère soumise, d’un frère intégriste ? Serait-elle Amina qui a fait une fugue à 15 jours de son mariage arrangé ? Serait-elle Amina la nièce de la femme de ménage ? Serait-elle El Wahida que Dadda Aicha retrouve anéantie, « gisant sur la route, recroquevillée, glacée, rigide » ?. Ou encore Amina la fille de Dounya ? A la lumière de ces données textuelles, nous tenterons de mettre en lumière l’identité plurielle née d’une défragmentation des identités du personnage qui est en quête de soi. L’écrivaine dans son roman, retrace des d-ébauches de l’individu et de sa société. Le séisme de 2003 et l’amnésie d’Amina ne sont qu’un prétexte pour traiter de la mémoire passé, du présent d’une Algérie en proie à des fauves qui ont fait soumettre la mère du personnage pour enfin se libérer et permettre à sa fille de déjouer les projets patriarcaux. Ainsi, pour accéder à une signification du texte, les données mythanalytiques vont permettre de mettre le sens dessus-dessous. Le mythe de la fin du monde, le mythe de la création et le mythe de la renaissance ont donné naissance à un autre texte où Amina connaitra une mort symbolique, laquelle mort évoluera en deux renaissances. : l’une auprès de Dadda Aicha, l’autre auprès de Dounya.

Mots clés

identité ; fiction. ; réel ; mythe