Revue Des Sciences Humaines
Volume 15, Numéro 2, Pages 47-59

L’évaluation De La Formation Des Médecins Généralistes à La Lumière De L’approche Systémique : Pour Un Développement De La Dimension Humaine Et Sociale Dans La Formation Initiale Des Médecins Généralistes

Auteurs : Bouabdallah M .

Résumé

S’il est reconnu aujourd’hui dans le milieu médical et au niveau de la faculté de médecine que la formation médicale consiste à pourvoir les structures de santé de médecins généralistes qualifiés, l’évaluation des programmes à la lumière des grandes mutations qui s’opèrent dans les systèmes de santé soulève cependant plusieurs questions de base. Il y a bien longtemps qu’on reproche aux écoles de formation médicale de former des médecins généralistes mal adaptés aux tâches qui les attendent. L’enquête effectuée par l’unité de recherche médicale (Pr. Grangaud, Mebtoul, Berrich, Cook, 1986) sur le discours des médecins montre que toute leur attention est focalisée sur le savoir médical et sur les moyens techniques et thérapeutiques qui semblent prioritaire pour assurer leur activités professionnelles. Cependant, F.M. Katk et R. Snow définissent la performance d’un travailleur de la santé (médecin) comme l’ensemble du comportement de l’agent de la santé et notamment la façon dont il organise, retient et utilise les connaissances spécialisées qu’il a acquises, ainsi que ses attitudes et la qualité de ses relations avec autrui. Son travail couvre l’ensemble des connaissances, savoir faire et attitudes acquis grâce à la formation, ainsi que la façon dont il sont organisés et intégrés dans la pratique. Devant tous ces problèmes et les défis que pose la pratique médicale et qui sont maintenant lancés aux médecins, on est en droit de se poser aujourd’hui la question suivante : « Est-ce que la formation purement technique des médecins généralistes est suffisante pour permettre aux médecins de soigner et de répondre aux besoins de la santé des populations ? » . La mise en œuvre des programmes de médecins généralistes, pour répondre aux besoins de santé primaire nécessite aujourd’hui du personnel médical (médecins), l’apport des données psychologiques, sociologiques, pédagogiques et psychanalytiques. Une formation initiale de grande qualité conditionne la pratique des médecins généralistes.

Mots clés

formation ; médecins généralistes ; développement ; sociale