Courrier du Savoir scientifique et technique
Volume 15, Numéro 15, Pages 23-30

Fabrique De La Ville En Algerie Et Perennisation D’un Modele: Le Cas De La Nouvelle Ville Ali Mendjeli A Constantine

Auteurs : Mazouz Said .

Résumé

La « ville nouvelle », outil de désengorgement des villes et d’équilibre de l’armature urbaine, prend en Algérie une dimension particulière en raison de son caractère volontariste. Peu de débats ont jalonné les différentes expériences engagées, brandies comme panacées dans la résolution de tous les maux qui rongent les villes existantes. Cependant, nombre de chercheurs jugent la formule « ville nouvelle » inadéquate en raison de son incapacité à fabriquer la ville et à construire une urbanité. Ali Mendjeli dans la région de Constantine, constitue l’une de ces « villes nouvelles ». Afin de désengorger la ville de Constantine, à l’étroit sur son site pittoresque, et rapidement débordée par la croissance démographique et le manque de terrains pour mettre en oeuvre les ambitieux programmes de logements, la décision fut prise de construire une ville nouvelle sur le plateau de Ain el Bey. Le propos de la présente recherche est de vérifier si « l’effet ville » recherché a été atteint sur l’ensemble du territoire de la ville nouvelle et pas seulement en partie centrale. Afin de vérifier cette hypothèse, un modèle d’analyse a été adopté. Il est basé sur une méthode innovante (Syntaxe spatiale), outil qui permet de vérifier l’opportunité des choix conceptuels et leurs conséquences sur le comportement humain dans l’espace urbain, et validé par une enquête sur terrain. La syntaxe spatiale (Space syntax) est un ensemble de méthodes et des techniques de modélisation des espaces architecturaux et urbains. L’approche réseau à l’échelle des villes, des quartiers, des rues et des simples bâtiments, établit une corrélation significative entre l’accessibilité topologique des voies et des phénomènes tels que la fréquentation piétonne et mécanique, l’orientation, la sécurité contre le vandalisme et les incivilités, la localisation des commerces et des activités. (Porta et al. 2006) L’analyse a été réalisée par biais d’une simulation informatique utilisant le logiciel DepthMap© (UCL, Londres) en utilisant comme toile de fond la carte de la ville. La validation des résultats a été effectuée par la méthode d’enquête classique en faisant croiser plusieurs techniques de recherche (observations, questionnaires). Le croisement des résultats a permis de démontrer que malgré la volonté des concepteurs d’éviter le modèle décrié des ZHUN et de renouer avec une architecture urbaine, en favorisant des options telles que les façades sur rue, la structuration des axes de circulation par le bâti, les différentes composantes de la ville ne sont pas reliées organiquement, du point de vue structurel mais aussi fonctionnel. Il a aussi été démontré que le choix d’une centralité dominante a créé des déséquilibres, reléguant au second plan des pans entiers des quartiers périphériques qui restent en ségrégation spatiale, fonctionnelle contribuant à générer, à terme, des territoires de non droit.

Mots clés

Villes nouvelles, aménagement, Mixité sociale, urbanité, syntaxe spatiale.