JOURNAL DE NEUROCHIRURGIE
Volume 9, Numéro 2, Pages 51-56

Epistaxis : Mode De Revelation Inhabituel D’un Prolactinome Geant : Iconographie Et Revue De La Literature.

Auteurs : Kalafate N. .

Résumé

L’épistaxis est un motif de consultation très fréquent en ORL. Le saignement nasal est le plus souvent révélateur d’une pathologie générale ou naso-sinusienne. De façon tout à fait exceptionnelle, l’épistaxis peut être révélatrice d’un adénome hypophysaire ayant détruit le plancher sellaire. Notre but est de rapporter 2 prolactinomes géants révélés par un saignement nasal. Le 1° cas concerne un sujet de 38 ans sans antécédents particuliers présentant des épistaxis unilatérales droites répétées, de petite abondance, ayant nécessité plusieurs consultations en ORL. Mais ce n’est que lorsqu’il s’est plaint de céphalées chroniques qu’une exploration endoscopique complétée par une radiologie cérébrale est réalisée objectivant une macro-lésion hypophysaire dont la biologie était en faveur du prolactinome. La 2° observation concerne un sujet âgé de 29 ans adressé pour prise en charge d’un énorme processus hypophysaire révélé par des épistaxis, une baisse de l’acuité visuelle et des céphalées évoluant depuis plus de 3ans. Dans les 2 cas la preuve immuno-histochimique a été obtenue par biopsie nasopharyngée de la tumeur. L’instauration du traitement médical à base de bromocriptine a permis une nette diminution du volume tumoral. Celle-ci a été suivie d’une disparition du saignement nasal. L’épistaxis est rarement un mode de révélation d’une tumeur hypophysaire géante, mais, après avoir éliminé rapidement une cause locale ainsi que les causes générales comme l’HTA et les troubles de la crase sanguine, le diagnostic de tumeur de la base du crâne envahissant la cavité nasale doit être systématiquement évoqué, à fortiori s’il existe des céphalées, des troubles visuels et des anomalies endocriniennes.

Mots clés

Epistaxis, Adénome hypophysaire, Prolactinome géant