Aleph
Volume 1, Numéro 2, Pages 89-103

On Ne Traverse Pas Tous Le Présent Les Yeux Bandés

Auteurs : Benmerad Said .

Résumé

Quand Kamel Nafa est arrivé en Algérie, dans les années 70, c’était par choix. Militant d’extrême gauche, il est venu participer à la construction d’un mouvement révolutionnaire dont il pensait que c’était une pierre ajoutée au grand édifice de la révolution mondiale. Il savait que son poste d’enseignant dans un collège de Kabylie n’était le grand champ de la révolution, mais il s’est attelé à sa tâche avec le bon sens paysan qu’il a hérité de ses parents. Il avait cette grande force tranquille de ceux qui savent que les grandes choses se construisent lentement et dans la lignée de ce qu’il avait appris auprès de ses camarades militants, un héritage jaurésien qui fait que le « courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense ». Sa « récompense » a été, à la fin des années 70, un long séjour à Berrouaghia, pour atteinte à la sureté de l’Etat. À une époque où les militants étaient dans un isolement total et quand le couperet tombait, ils savaient que leur cause restait inconnue du grand public et qu’aucun mouvement populaire ne se mobiliserait pour les défendre. À sa sortie de prison, il a continué ses études et gardé un attachement sincère à toutes les causes justes. Éloigné du terrain des luttes directes, il est tout de même resté fidèle à ses convictions et au coeur d’une action qui travaillait à créer et entretenir des « lieux de brillance », comme il aimait à le dire, et à agir en porteur de lumière. Abstract When Kamel Nafa arrived in Algeria in the seventies, he had made a willful choice. As a far-left activist, he came to make his contribution to the building of a local revolutionary movement and by so doing add a brick to the global revolution. He was aware that the middle school where he got a job as a teacher was not a glorious field to start a revolution but he coped with his mission with the good country sense he inherited from his parents. Besides he shared the wisdom of those great men who were true to the word of Jaures: «Courage (...) is reaching for an ideal and understanding what is real; it is acting without knowing what reward this profound universe will reserve for our efforts, not even if any reward will be given» and who believed that the biggest achievements cannot but come slowly. His own «reward» was a long stay in jail at Berrouaghia in the late seventies for offence against national security. At that time political activists were totally isolated and when the ax would fall they knew their actions would remain unheard of and that there would be no popular uprising to defend them. After coming out of prison he carried on with his studies but he always stayed a true supporter of just causes; he created and contributed to the existence of what he liked to call «bright places», acting as a light bearer. الملخص عندما َ ق ِ دم كمال نافع إلى الجزائر في سنوات السبعينات، فإنه قدم باختياره. كان يعلم أن منصبه في التعليم في مدرسة قبائلية هو المجال الأكبر للثورة، لكنه كان يمارس وظيفته بشعور جميل مع الفلاحين ، هذا الشعور الذي ورثه من والديه. عند خروجه من السجن، واصل دراساته، واهتم أكثر بالكفاح المباشر، وبقي وفيا دائما لمبادئه وأهدافه ولجوهر الفعل الذي سعى من أجله، لخلق جو يناسب ازدهار الفكر.

Mots clés

Kamel Nafa, prison, révolution, pensée كمال نافع، الجزائر، الثورة، السجن، الفكر.