مجلة المواقف
Volume 1, Numéro 1, Pages 235-260

La Transformation Des Biens Waqfs En Propriété Privée à Jérusalem (jérusalémite Et étrangère), 1858-1917

Auteurs : Musa Sroor .

Résumé

La fondation pieuse (waqf)(1) a joué un rôle actif dans le développement de la société civile et dans l’organisation des villes à l’époque ottomane grâce aux nombreux waqfs créés dans les villes(2). Jérusalem en est un bon exemple de façon quantitative et qualitative, notamment à partir de l’époque ayyoubide, puis de la période mamelouke jusqu’à la fin de l’époque ottomane et elle continue aujourd’hui encore à jouer ce rôle. La fondation pieuse a eu un rôle fondamental dans la conservation de l’identité religieuse et architecturale de la ville grâce à la profusion des constructions dans tous les quartiers ainsi qu’à l’arrière-pays. Ces biens waqfs ne restaient pas dans le domaine réservé aux musulmans ; bien au contraire, toutes les communautés religieuses non musulmanes possédaient des waqfs. Mais, à la fin de l’époque ottomane, pour des raisons variées, la qualité et la quantité des waqfs à Jérusalem ont fortement diminué et leur but initial a été souvent dévié. Dans certains cas, les biens appartenant aux waqfs ont peu à peu disparu ainsi que les institutions soutenues par les waqfs. Ces disparitions ou ces changements de la finalité des institutions bénéficiaires des waqfs ont contribué à tarir le système de waqf à Jérusalem. L’extinction progressive des ressources a coïncidé avec l’intervention grandissante de l’Etat et de son emprise sur les institutions de waqfs et de ses biens-fonds. Ces éléments ont participé, d’une façon directe et indirecte à la transformation de statuts de propriété des biens waqfs à Jérusalem en propriété privée.

Mots clés

Waqf; Ottomane; Jérusalem; Ayyoubide; Identité religieuse