مجلة المواقف
Volume 2, Numéro 1, Pages 41-49

La Démocratie Algérienne à L’épreuve De L’islam Et De La Laïcité. « Enquête Sur Les Représentations Des étudiants Sur Le Rapport De L’islam à La Politique »

Auteurs : Mohamed Benali .

Résumé

Tout le monde s’accorde aussi pour dire que toutes les sociétés humaines ont fondé des pouvoirs politiques à la base d’une religion quelconque. Celle-ci faisait partie du dispositif d’hégémonie et de souveraineté des nations. C’est après l’avènement des siècles des lumières qu’à commencer à parler de la séparation du culte de la politique. Le concept de démocratie, figure première de la modernité, a été introduit dans le monde musulman à la fin du XIXème siècle, par l’intermédiaire de l’Elite moderniste fidèle à la culture européenne. Le vrai défi des sociétés musulmanes, c’est la transition de la tradition à la modernité politique, ou encore, la recherche d’un certain rapport entre Islam et démocratie .Le vrai débat d’aujourd’hui, après la montée de la mouvance islamiste est de se demander si l’islam peut s’approprier, accepter ou tolérer, la démocratie dans sa version occidentale libérale ou encore s’il peut inventer son propre modèle, modèle basé sur le conformisme religieux adapté à la réalité moderne. Le modèle ou se conjugue l’authenticité et la modernité. En Algérie, comme dans le monde arabe, l’idéologie de la modernisation tend à réconcilier traditions locales et valeurs modernes sans autant vouloir débattre ouvertement et publiquement la question de la laïcité. Les expériences politiques de la majorité des pays arabes, pratiquent la séparation de fait des pouvoirs spirituels et temporels. Pour légitimer la sécularisation, une interprétation religieuse est nécessaire pour réussir le processus de rénovation/modernisation. Les pouvoirs politiques arabes les plus laïcs ne manquent pas de faire référence à l’Islam pour légitimer leurs politiques, qu’il s’agisse des conflits avec des pays étrangers, des transformations politiques et sociales, voire même de l’application des politiques économiques, libérales ou socialistes.

Mots clés

La démocratie algérienne; Laicité; Religion; Islam; Politique; Islamisme