Recherche Agronomique
Volume 7, Numéro 13, Pages 79-86

Reformes Economiques Et Transparence Dans Les Pays En Transition Vers L'economie De Marche. Une Approche Institutionnelle

Auteurs : Adli Z. .

Résumé

Le processus d'intégration des pays dans les structures de l'économie signifie un accroissement progressif de leur contribution aux flux mondiaux dans les domaines de l'inves¬tissement, de la recherche, du développement technologique et du commerce. Une telle pers¬pective ne saurait ce concevoir en dehors de l'existence d'un potentiel de développement et de croissance endogène susceptible d'assurer la compétitivité des pays à l'échelle mondiale. Mais au delà de cet impératif, l'insertion dans l'économie mondiale suppose aussi, et surtout, l'existence d'un environnement institutionnel crédible et transparent. Dans ce dispositif insti¬tutionnel, l'Etat en tant que " super institution " conditionne et favorise l'émergence d'arran¬gements institutionnels stables favorables à la croissance et au développement économiques. Les impératifs de transparence découlent de ce que la globalisation pousse à la constitution de normes internationales garantissant la sécurité des transactions pour les firmes multinationales, l'avènement de l'OMC oeuvre dans le sens de l'harmonisation des mécanismes de concurrence, la volonté de la Banque mondiale et du FMI s'inscrit dans la perspective de la reconstruction d'institutions politiques capables d'appliquer les PAS et d'améliorer la productivité de leurs prêts. Dans cette optique, l'exigence de transparence implique l'édification d'institutions formelles efficaces et légitimes dans le cadre de ce qu'il convient d'appeler la " Bonne gouvemance". Toutefois, l'expérience des pays en transition, ceux de l'Europe de l'est en particulier, a vite fait de révéler les limites de ces constructions face à la rémanence et la capacité de résistance des institutions informelles.

Mots clés

Réformes économiques, Transition, transparence, théories des institutions, gouvernance, Etat