مجلة كلية الآداب واللغات
Volume 6, Numéro 8, Pages 370-382

Yasmina Ou Le Personnage Idéologique D'isabelle Eberhardt

Auteurs : Djebara Tin Hinan .

Résumé

L’écriture d’Isabelle est loin d’être une écriture innocente, mais une écriture préméditée avec une consistance idéologique qui « nomme » le mal avec ses multiples formes. Sa plume se transforme, dès lors, en arme de dénonciation en vue de révéler la machination coloniale derrière son masque de « mission civilisatrice ». En effet, L’écriture engagée d’Isabelle s’avère présente dans la quasi-totalité de ses écrits. Son écriture se caractérise essentiellement par le refus de l’occident et de son instrumentalisation à l’image des impôts qui se pratiquent de façon la plus révoltante, la plus barbare, ainsi que l’expropriation gratuite des biens. Ce coté déshumanisant est d’autant perceptible dans « Yasmina» dans la mesure où il dévoile la véritable face du colonisateur. Dans ce récit, Isabelle Eberhardt réunit trois sujets de dénonciation : les mariages forcés, la cruauté du système colonial et la dégradation physique engendrée par la prostitution. Ainsi, Yasmina devient une arme tournée vers le sens du mal semé par « Jacques ». Il est vrai que Jacques est un modèle particulier en son genre mais qui ne manque pas d’être très néfaste envers Yasmina. Au final, nous pouvons dire que l’amour qui lie Jacques à Yasmina n’est qu’un leurre, une chimère, engendrant un avortement mortel et ne récoltant que le fruit de la haine entre les deux cultures. C’est un amour qui s’avère, contre toute attente, utopique à la fin, car la réalité finira par l’emporter, cette même réalité triste qui contraint Jacques à abandonner son rêve oriental pour se plier aux règles de sa société.

Mots clés

Ecriture engagée ; Yasmina ; un plaidoyer humaniste ; la cruauté du système colonial ; prostitution ; mariages forcés