مجلة المواقف
Volume 10, Numéro 1, Pages 299-324

الكتابة الشاهدية والذاكرة الجماعية

الكاتب : الهادي بوشمة .

الملخص

Tel qu’il apparait a travers le titre de l’objet de cette étude, cet article s’articule autour de la relation entre les épitaphes et la mémoire collective. Les deux cimetières de la ville de Sidi bel Abbes, considérés comme modèle, constituent son espace. Ce travail s’articule autour d’un certain nombre de thèmes, se proposant d’établir un liant socioanthropologique entre les épitaphes et la mémoire collective. Pour ce faire, s’inscrivait initialement une approche anthropologique de l’événement que constitue le décès, non pas en tant que fait physiologique, mais aussi comme événement chargé de symboles, donnée humaine et culturelle, et destin de toute l’humanité. A cela s’ajoute une volonté d’établir une relation entre le décès, et les divers rituels : pratiques et croyances, perceptions et expressions qui lui sont associées, l’écriture entre autres, comme un luttant contre l'oubli et comme un acte de recueillement et de mémoire. Dans ce cadre l’écriture apparait de grande importance, comme la multiplicité des enjeux au sein de la population objet de l’enquête. Les épitaphes, à travers la tombe et l'écriture constituent des documents d’une importance, autant archéologique, artistique, historique, que sociologiques et anthropologique. En tant qu’espace chargé d’enseignements, et mémoriel, reste un enjeu important des inscriptions funéraires dans la société bel Abbesienne, objet de la présente étude ; des inscriptions entendues comme support d’un mécanisme social et communicationnel, sont dans l’imaginaire un moyen entretenant la mémoire et déterminant de l’identité du défunt et ceux, vivants, qui lui sont attachés. En définitive le texte « épitaphique » demeure un réceptacle des symboles des groupes et des cultures locales, mais aussi des enjeux de la mise en réseau de la mémoire.

الكلمات المفتاحية

Epitaphes; Memoire; Collective; Cimetières; Tombes