LARHYSS Journal
Volume 14, Numéro 2, Pages 121-136

Gestion Concertee De L’eau Des Grands Perimetres Irrigues. Cas De La Plaine De Habra (nord-ouest Algerien)

Auteurs : Tazekrit I. . Benslimane M. . Hamimed A. . Hartani T. . Khaldi A. .

Résumé

Le périmètre de Habra couvre une superficie de 21210 ha, équipé sur 19630 ha. Crée en 1940, il fait partie de la plaine nord de la Macta dans la wilaya de Mascara. C’est l’un des périmètres les plus importants de la région oranaise. Au début des années 60, ce périmètre recevait des quantités en eau de l’ordre de 80 millions M3/an. Depuis la création de l’office qui gère l’eau des périmètres irrigués durant les années 80, les quotas alloués à l’irrigation de toutes les superficies irrigables ne dépassaient pas les 32 millions de M3/an. Cette réduction et due à l’insuffisance de la ressource provoquée par la sècheresse qui sévit sur la région oranaise depuis deux décennies et par l’allocation d’eau en priorité à l’usage domestique. La concertation entre les associations des irrigants et l’organisme de gestion de l’eau reste le seul moyen et espoir aux agriculteurs, leur permettant la subsistance de leurs vergers d’agrumes. Nos enquêtes réalisées auprès des services publics et usagers, portant sur la caractérisation de la parcelle agricole du périmètre Habra, sur l’approche constituant l’offre et la demande dont les deux acteurs sont représentés par l’ONID et les irrigants, nous ont révélées le rôle important des associations collectives dans une dynamique de concertation qu’on peut qualifier de paralysée, ayant pour objectif la survie du périmètre et la transmission de leur héritage aux générations futurs. Le réseau collectif d’irrigation gravitaire constitue le seul moyen de faire subsister les vergers d’agrumes, certains agriculteurs ont recours à l’achat de l’eau par des citernes afin de maintenir la survie de leur exploitations. Le fonctionnement du réseau collectif est par ailleurs fortement entravé par une gestion réputée peu efficace avec un faible niveau de maintenance. Ce qui place ce périmètre en état d’alerte. Ce travail illustre les caractéristiques et mécanismes de demandes en eau des exploitations agricoles, la gestion de l’offre et la demande à travers le périmètre, pilotée par l’office national de l’irrigation. Les enquêtes réalisées confirment que l’eau de barrage demeure la principale ressource en eau pour la majorité des exploitations agricoles du périmètre, l’eau de la nappe étant fortement salée, elle ne peut en aucun cas subvenir à l’irrigation des agrumes. Certains agriculteurs, souvent ayant d’autres revenus, aient recours à l’irrigation par l’achat de citernes afin de faire subsister leur vergers. L’usage combiné des deux systèmes, réseau collectif et citernes, permet d’irriguer annuellement environ 30 % de la surface cultivée, cette irrigation permet juste la sauvegarde des vergers et une faible production de l’ordre de 80quintaux/ha.

Mots clés

Périmètre irrigué Habra, gestion concertée, irrigation, partage de l’eau.