مجلة الخبير
Volume 2, Numéro 11, Pages 235-250

Effets Du Jeûne Sur Le Rendement Moteur Chez Des Athletes De Course De Demi-fond.

Auteurs : Hakkoumi Ali .

Résumé

EFFETS DU JEÛNE SUR LE RENDEMENT MOTEUR CHEZ DES ATHLÈTES DE COURSE DE DEMI-FOND. Étude Réalisée par : •Dr Ali HAKOUMI – Enseignant chercheur à l’Institut des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives de l’Université Kasdi Merbah, (Ouargla) - Entraineur sportif de haut niveau, ex formateur au niveau de l’École Supérieure en Sciences et Technologie du Sport de Dely Brahim (Alger) •Expert auprès de l’Agence Thématique de Recherche en Sciences et Technologie - DGRST - Université d’Alger. •Chef d’équipe de recherche Laboratoire S.S.A.S de l’ES/STS d’Alger • Émail : alihakoumi@hotmail.com - Tel : +213 550073715 Introduction : Toute activité motrice nécessite de l’énergie pour se manifester, en d’autres termes toute activité a besoin des éléments nécessaires lui permettant d’effectuer du travail. Compte tenu de ce postulat, la fourniture de l’énergie indispensable pour la manifestation de l’activité motrice est puisée dans l’alimentation quotidienne. Lors de la pratique d’activités physiques impliquant des charges de travail importantes dans le cas d’une réhydratation insuffisante, c’est non seulement la capacité de travail et par conséquent le rendement moteur qui est diminuée mais aussi cela va engendrer des perturbations de la balance hydrique et de la température centrale(11). Dans le cas de déshydratation et notamment lorsque la personne s’adonne à des activités physiques de plein air, elle peut exposer son état de santé à de conséquences qui peuvent être graves. Le docteur Fereydoon Batmanghelidj de l'école de médecine de l'hôpital St Mary de l'Université de Londres parle :" d'effet dévastateur de la déshydratation sur le corps"(07)Entre autres nous citerons le cas du footballeur américain des Vikings du Minnesota Korey Stringer. Le mardi 31 juillet 2001 était un jour de canicule, lors d’un entrainement intense ce dernier s’effondra sur le terrain, victime d’un coup de chaleur. Sa température centrale était de 40°C. 13 heures après cet incident, il rendit l’âme(08). Dans les activités mobilisatrices de grandes dépenses énergétiques, telles que les activités sportives de performance, les éminents professeurs de physiologie humaine et de kinésiologie des universités américaines Jack H Wilmore, David L Costill, Larry Kenney dans leurs ouvrages: "Physiologie du sport et de l’exercice"(04) mettent en évidence l’équilibre hydro-électrolytique dans la manifestation de l’exercice physique et le fonctionnement cardiovasculaire et thermique(08). La diététicienne Claudine Robert-Hoarau (France) évoque l’importance du choix de l’alimentation dans la ration alimentaire du sportif et met l’accent sur de l’importance de l’hydratation d’une manière particulière(03). Dans: " Médecine du sport " Elisabeth Brunet-Guedj et coll soulignent outre le rôle de la source hydrique dans la composition moléculaire, ils mettent en évidence sa contribution dans le transport des substrats et des composites entre les différents organes du corps humain et sa contribution dans de nombreuses réactions enzymatiques pour assurer la succession de réactions intermédiaires permettant la transformation du substrat en produit catalyseur(06). En résumé de son étude finalisée en 2015, la nutritionniste Nathalie Hutter-Lardeau (France) lie la diminution des performances sportives avec la déshydratation que rencontre bon nombre de sportifs(13). Il supposé que La déshydratation provoquée par l’exercice physique, notamment par la sudation va inéluctablement entrainer la réduction du volume sanguin et augmente la concentration de sodium dans le sang, ce qui a pour conséquence d’accroître plus rapidement la température corporelle, ainsi le bon fonctionnement de l’organisme dans des valeurs de la température corporelle se situant dans la fourchette préférentielle de 36°C et 37,5°C se trouve perturbée, ce qui va occasionner des troubles au niveau des réactions enzymatiques et au niveau de l’activation des principaux mécanismes intracellulaires. 1-PROBLÉMATIQUE: Le monde musulman et particulièrement les sportifs de confession musulmane qui sont appelés à remporter des médailles dans les grandes manifestations sportives se trouvent confrontés à un problème récurrent qui revient chaque année, à savoir le jeûne diurne du mois sacré de Ramadan. Durant la journée et particulièrement quand la température est élevée, il se trouve que le réapprovisionnement en éléments nutritifs et notamment en ressources hydriques .se trouve interrompu chez les athlètes musulmans, alors que les charges d’entrainements des autres athlètes sont en constantes progressions, avec des entrainements bi voire tri-quotidien. Les orientations en matières de nutrition sportive proposent aux sportifs de grandes variétés de supplémentassions en produits énergétiques pour compléter une nutrition généralement jugée insuffisante, ainsi qu’elles leurs recommandent de s’hydrater avant, pendant et après les séances d’entrainement et de compétitions, en leur offrant une panoplie de boissons pour activer la récupération ou pour leur insuffler la capacité de manifester des efforts optimales, le sportif musulman quant à lui observe durant une période qui occupe 08,21% de la durée d’une saison sportive qui peut s’étaler jusqu’à 10,13%, un jeûne diurne ( si on considère les strictes recommandations de la Sunna " Siyam Essabrine " de 06 journées supplémentaires de jeûne). Des cas ont été rapportés mentionnant des athlètes qui ont participé à des compétitions alors qu’ils observaient le jeûne. Il parait que notre grand champion Morceli Nourreddine avait couru un championnat alors qu’il jeûnait. Entre autres je citerai le cas de cet athlète algérien qui avait suscité l’étonnement des officiels sportifs français dans la mesure où en participant à un marathon il ne s’était pas hydraté durant tout le parcours de l’épreuve. Après la course il avait été emmené à l’hôpital suite à des problèmes de santé. Cela ne s’est pas arrêté à ce niveau puisqu’il a connu des complications, dont il n’a jamais pu récupérer, et qui l’ont obligé par la suite à abandonner la pratique sportive définitivement. Aucune orientation méthodologique plausible ne donne des recommandations concernant l’entraînement pendant la période de jeûne, aucun programme de formation en sport ne parle de l’entraînement lors de l’abstinence alimentaire et hydrique. Le Professeur HANIFI Rabah Chef de Service de Médecine du Sport et de Rééducation fonctionnelle du Centre Hospitalier Spécialisé Dr Mohand - Amokrane De Dely Ibrahim (Alger) lors d’une communication scientifique ayant pour thème l’activité physique et le Ramadan qui s’est tenue à l’INFS / STS d’Alger en février 2005 précise :" La nécessité de se réhydrater avant, pendant et après l’effort, a une influence sur les processus de récupération qui ne vont pas être optimisés ce qui inévitablement va avoir des répercussions sur le rendement moteur pendant l’activité physique pouvant aller jusqu’au surmenage. Lors du Colloque de physiologie qui s’est tenu à Nice du 22 au 25 septembre 1992, dans leur communication relative à l’influence du jeune alimentaire et hydrique en climat chaud les physiologistes F. CISSE et J P. MARTINEAUD avaient affirmé(05) :" Le jeûne serait responsable des perturbations chronobiologiques entraînant d’une manière générale une diminution du niveau des performances des sportifs. Cela semble être causé par des perturbations liées à la privation alimentaire. Pour le Docteur Brikci Abderahim(01) :" IL semblerait que les perturbations de la chronobiologie soient responsables d’une baisse de la performance chez les personnes qui suivent le Ramadhan. Toutefois aucune étude scientifique n’a été menée pour vérifier cette assertion ". Le même auteur ajoute : " La pratique du jeûne, compte tenu des perturbations du rythme biologique qu’elle implique, devraient théoriquement, affecter d’une manière négative la performance physique " IL conclue son étude par la supposition suivante:" Durant le mois de ramadhan, la richesse glucidique caractérisant l’alimentation, associé au jeûne et à l’entraînement, pourrait être à l’origine d’une amélioration éventuelle des réserves en glycogène des sujets. Ceci expliquerait l’amélioration relative des performances physiques dès la troisième semaine du Ramadan." Enfin dans les travaux menés par le F-Marc (2005) qui est une institution de recherche de la Commission Médicale de la FIFA et de la CAF à laquelle a participé le docteur Zerguini Yacine ex Président de la Commission Médicale de la Fédération Algérienne de Football, il en ressort que jeûne de Ramadan et football de compétition sont compatibles. Dans les conclusions menées par la commission de la FIFA il est spécifié que tout est question d’adaptation et que les footballeurs peuvent participer à des compétitions tout en observant le jeûne. Cette divergence des points de vue n’est pas propre aux aspects relevant des domaines médico sportifs ou technico méthodologiques des activités physiques et sportives mais va jusqu’à créer des dichotomie au niveau des applications des préceptes religieux qui sont mis en exergue ce mois sacré. Durant la guerre du Sinaï en octobre 73, appelée Guerre du Ramadan où étaient engagés plus de 3000 combattants algériens, le grand Mufti d’Egypte avait recommandé aux soldats de ne pas jeûner. Par ailleurs le docteur Marouane Abou Rass, membre du conseil législatif palestinien, président de la ligue des oulémas palestiniens et professeur de la chariâ islamique à l’université de Ghaza, dans une interview à la BBC arabic en octobre 2006, fait la différence entre le sport de loisir et le sport de compétition. Si pour le premier type de sport il précise que le jeûne doit être strictement suivi, pour le sport engageant de grandes dépenses énergétiques et qui prépare les sportifs à participer à des compétitions, il leur préconise de rompre le jeûne dés qu’ils commencent à ressentir la fatigue liée à l’effort ne leur permettant plus de supporter le jeûne. Cette idée n’est pas partagée par le Docteur Ahmed Mhamed Aouf qui publia dans la revue El Îlm de l’académie de la recherche scientifique du Caire la recommandation qui autorise le sportif à s’alimenter pendant le Ramadan avant même de commencer la séance d’entrainement, puisque précise-t-il que le sport de performance mène inéluctablement vers des dépenses énergétiques assez importantes et par voie de conséquence mène le sportif à un état de fatigue qui lui sera difficile à supporter en cas de jeûne. Ces divergences et ces incertitudes concernant les particularités de l’activité physique lors des pratiques sportives nous a poussé à engager une étude fiable 2- HYPOTHÈSE. Compte tenu des orientations méthodologiques, biologiques et médico sportives concernant l’importance des processus d’hydratation et de réhydratation chez les sportifs, nous avons supposé qu’une diète totale diurne notamment hydrique était source de perturbations entrainant une influence négative sur le rendement moteur représenté par une performance de course à pied chronométrée sur une distance de 3000 mètres plat et des altérations au niveau des fonctions de l’équilibre de la thermorégulation. 3- OBJECTIF DU TRAVAIL DE RECHERCHE. L’objectif de l’étude a consisté à organiser une expérimentation pédagogique permettant d’apporter une contribution sur l’influence du jeûne du mois sacré de Ramadan sur le rendement moteur représenté par la passation d’un test de course à pied de 3000 mètres plat à un groupe de sportifs de compétition et de vérifier les éventuels variations de l’équilibre de la thermorégulation, dans des conditions climatiques clémentes. 4- ORGANISATION DE LA RECHERCHE. 4 -1 : Tâches arrêtées dans le cadre du travail de recherche. Pour atteindre l’objectif assigné à notre étude nous avons procédé à la concrétisation des tâches suivantes. -Une étude bibliographique appropriée -Une étude réalisée avant, pendant et après le mois de jeûne de Ramadan et qui a porté sur un groupe d’athlètes de confession musulmane, pratiquants la course à pied, et qui ont subi un test de 3000 m et une mesure de la température axillaire(05) , avant la réalisation du test et juste après son exécution, procédure qui s’est réitérée avant, pendant et après le mois de jeûne de Ramadan. -Une analyse statistique relative à l’étude menée. -Conclusions et recommandations qui ont découlées de l’étude 4 -2 : Tâches arrêtées dans le cadre du travail de recherche. 4 -2 - 1 : Caractérisation de l’échantillon 4 -2 - 2 : Caractéristiques organisationnelles du travail de recherche. 4 - 2- 3 : Moyens utilisés. Dans le cadre du travail de recherche que nous avons menée avec le groupe de coureurs à pied, nous avons eu recours à l’utilisation des moyens suivants : -Une piste d’athlétisme en tartan de 400m. -Un panneau compte tours. -Un claquoir de départ. -Des chronomètres. -Une équipe de collaborateurs (des officiels techniques en athlétisme et un personnel de secrétariat) -Thermomètre, hygromètre d’extérieur -Anémomètre. -Matériel et ustensiles de secrétariat 4-2-4 : Méthodes utilisées. Il a été réalisé, avant, pendant et après le mois de jeûne du Ramadan des tests d’évaluation relevant des paramètres suivants : •Physique : Test de course à pied sur une distance de 3000m plat. •Mesure de la température axillaire : Juste avant l’échauffement préparatoire pour le test de course à pied de 3000 mètres et juste après la réalisation du test(12) Remarque : Tous les résultats de notre étude ont été l’objet d’une étude statistique spécifique 4-2 -5 : Justification méthodologique de la réalisation des tests. •Test de course à pied de 3000 mètres - Indique la performance chronométrique relative à la manifestation de la capacité d’endurance des athlètes, distance intermédiaire qui permet de constater déceler les éventuels variations physiologiques. •Mesures de la température axillaire : - Indique la température corporelle et ses éventuelles variations si elle est prise à différents moments (+ 0,5 à 1 degré par rapport à la prise de température buccale ou rectale) 5 : ANALYSES ET COMMENTAIRES : 5.1 : concernant le test de course de 3000 mètres. Le résultats des tests de course sur 3000m et leur analyse (voir annexe tableaux N°03 et N°04) obtenus 11 jours avant le mois de Ramadan (test1) , 25 jours après le début de la période de jeûne (test2) et 119 après la fin de la période de jeûne (test3) , laissent apparaître selon des calculs statistiquement significatifs une nette diminution de la moyenne des performances réalisées pendant la période d’observation du jeûne, estimée respectivement à - 0,331m/s entre test1 et test2 et +0,624 entre test3 et test2. L’amélioration de la moyenne des performances après le mois de jeûne est imputée au développement du processus d’entraînement dans des conditions d’évolution normale. 5.2 : concernant les mesures de la température axillaire : Les mesures des températures axillaires avant l’échauffement préparatoire au test de 3000m et juste après la réalisation du test (voir annexe tableaux N°05 ) réalisées 11 jours avant le mois de Ramadan (TA1) , 25 jours après le début de la période de jeûne (TA2) et 119 après la fin de la période de jeûne (TA3) , laissent apparaître à partir des calculs statistiquement significatifs (voir annexe tableaux N°06 ) que l’écart de température entre le moment précédent le test et juste après le test pour TA1 et TA3 est quasiment identique, respectivement 0,85°C et 0,87 °C. Par contre pendant la période de jeûne, l’écart de température est plus important : 1,14 °C. Les différences des moyennes des écarts des mesures de la température axillaire avant l’échauffement préparatoire pour le test de 3000m et juste après sa réalisation, pour les périodes d’avant, pendant et après l’observation du jeûne, permettent de constater une plus grande amplitude thermique pendant la période de jeûne estimée à 0,29°C entre TA1 et TA2 et 0,27°C entre TA2 et TA3, alors qu’en temps normal cet écart n’existe pratiquement pas (TA1 - TA3 = 0,02°C ) ce qui explique qu’il se produit une "surchauffe corporelle" pendant la période de jeûne, qui va au-delà des seuils rencontrés en temps normal. Ce qui explique aussi qu’outre une plus grande sollicitation des systèmes d’équilibre thermique, cela peut engendrer un état déshydratations au cas où le sportif ne s’hydrate pas aux moments opportuns, ce qui est justement le cas pendant la période de jeûne. Conclusions du travail de recherche: Jeûne du Ramadan et pratique sportive ne font pas bon ménage. L’hypothèse de travail émise au début de l’investigation a été largement confirmée. Les résultats obtenus au travers de l’expérimentation pédagogique se trouvent en étroite conformité avec les données scientifiques exprimées par bon nombre de chercheurs dont les travaux ont concernés les conséquences de la déshydratation dans des conditions moins éprouvantes que l’exige le jeûne du Ramadan. Entre autres nous citerons les recommandations du spécialiste en médecine du sport le docteur Mondenard J-P qui affirme(09) : "Une perte de liquide de l’ordre de 02% par rapport au poids du corps, ce qui représente environ 1 litre à 1,5 litre pour une personne de 70 kg réduit la capacité de travail de 20% tout en soulignant qu’une perte de 10% du poids du corps peut entrainer la mort ". Dans ce cadre et dans le contexte du travail de recherche initié, Les performances enregistrées avant pendant et après le jeûne du mois de Ramadan dans l’épreuve de course de 3000 mètres, réalisées dans des conditions climatiques clémentes ont permis de déduire que l’abstinence alimentaire diurne et notamment la privation hydrique, confirmée par une plus grande amplitude de l’écart thermique axillaire pendant la période de jeûne, non seulement cette dernière a été à l’origine de la baisse de la moyenne des performances de course d’endurance par conséquent à l’origine d’un amoindrissement du rendement moteur pendant le mois de jeûne, mais elle peut contribuer dans une large mesure à provoquer divers traumatismes. A ce sujet GEBERT, cité par WEINECK(10), précise que selon la proportion des graisses 50 à 70% du poids du corps corporel sont constitués par l’eau. Le maintien de ce niveau de rapport hydrique est très important dans la mesure où entre autres, l’eau remplit les fonctions vitales suivantes : - Elle est un important constituant du sérum sanguin - Elle est un constituant des macromolécules. - Elle intervient dans bon nombre de réactions enzymatiques - Elle joue un rôle important dans la capacité d’absorption maximale d’oxygène. Mots clefs : Jeûne ; tests ; évaluation ; course ; température axillaire ANNEXE A. Résultats des tests, leur traitement statistique et analyse de leur évolution : A-1 : Tests de course à pied de 3000m : Echantillon Résultats des tests de course du 3000 mètres Nombre 11 jours avant la période de jeûne test1 25e jour Pendant la période de jeûne test2 119e jour Après la période de jeûne test3 01 549,7 580,3 528,7 02 552,2 579,5 551,6 03 548,8 571,5 527,3 04 550,1 570,4 531,3 05 544,2 579,2 534,6 06 656,4 768,8 612,8 07 542,2 578,4 514,7 08 551,5 580,3 516,5 09 562 578 519,3 10 557,2 585,3 530,6 11 539,6 582,7 506,5 12 541,8 572,1 521,6 13 552,1 574,6 517,6 Performances au test de course de 3000m (en min, sec…) 09,17”5 min 09,52”3 min 08,51”3 min Moyenne de la vitesse de course aux tests de 3000m (en m/sec) 5,36 m/sec 5,02 m/sec 5,65 m/sec différences des moyennes des distances parcourues aux tests de 3000m (en m/sec) Test1 – test2 0,333m/s Test2 – test3 -0,624m/s Distance de test : course de 3000m 11 jours avant le début de la période du jeûne 25 jours après le début de la période de jeûne 119 jours après la fin de la période de jeune Moyenne (sec) 557,52 592,39 531,78 Écart-type 30,36 53,19 26,80 Plage 116,80 198,40 106,30 Minimum (sec) 539,60 570,40 506,50 Maximum (sec) 656,40 768,80 612,80 Nombre d'échantillons 13 Analyse de variance: tests de course de 3000m Rapport détaillé Groupes Nombre de l'échantillon Somme Moyennes Variance Avant 13 7 247,80 557,52 922,00 Pendant 7 701,10 592,39 2 829,00 Après 6 913,10 531,78 718,41 Source des variations Somme des carrés Degré de liberté Moyenne des carrés F Valeur critique pour F Entre Groupes 24 062,79 2,00 12 031,40 8,08 3,26 A l'intérieur des groupes 53 632,94 36,00 1 489,80 s** Total 77 695,73 38,00 Test d'égalité des espérances: observations pairées (Echantillons dépendants) 3000m Avant Pendant 3000m Pendant Après Moyenne (sec) 557,52 592,39 Moyenne (sec) 592,39 531,78 Variance 922,00 2 829,00 Variance 2 829,00 718,41 Observations 13,00 13,00 Observations 13,00 13,00 Coefficient de corrélation de Pearson 0,98 Coefficient de corrélation de Pearson 0,90 Différence hypothétique des moyennes - Différence hypothétique des moyennes - Degré de liberté 12,00 Degré de liberté 12,00 Statistique t -5,16 s*** Statistique t 7,01 s*** P(T<=t) unilatéral 0,00 P(T<=t) unilatéral 0,00 Valeur critique de t 1,78 Valeur critique de t 1,78 P(T<=t) bilatéral 0,00 P(T<=t) bilatéral 0,00 Valeur critique de t 2,18 àp =0,05 Valeur critique de t 2,18 à p =0,05 Valeur critique de t 4,32 àp =0,001 Valeur critique de t 4,32 àp =0,001 A-2 : Mesures de la température axillaire : Tableau N° 05 : Mesures de la température axillaire chez un groupe d’athlètes Algériens séniors hommes avant, pendant et après la période de jeûne du mois de Ramadan ( 11 jours avant le début du jeûne 25 jours après le début du jeûne 119 jours après la fin du jeûne) Nb 25 jours après le début de la période de jeûne TA1 (°C) Mesures de l’écart des températures (°C) 25 jours après le début de la période de jeûne TA2 (°C) Mesures de l’écart des températures (°C) 119 jours après la fin de la période de jeûne TA3 (°C) Mesures de l’écart des températures (°C) 01 36,2 37,5 1,3 36,3 37,8 1,5 36,3 37,1 0,8 02 36,3 37 0,7 36,4 37,6 1,2 36,5 37 0,5 03 36 36,9 0,9 36,4 37,5 1,1 36,2 37,2 1 04 36,1 37,3 1,2 36,6 37,7 1,1 36,5 37,3 0,8 05 36,3 37,2 0,9 36,2 37,3 1,1 36,5 37,3 0,8 06 36,6 37,3 0,7 36,3 37,5 1,2 36,4 37,3 0,9 07 36,2 36,9 0,7 36,5 37,6 1,1 36,4 37,4 1 08 36,4 36,9 0,5 36,5 37,3 0,8 36,4 37,3 0,9 09 36,3 36,9 0,6 36,6 37,9 1,3 36,3 37,4 1,1 10 37,1 37,6 0,5 36,4 37,5 1,1 36,1 37,1 1 11 36,3 37,4 1,1 36,5 37,7 1,2 36,4 37,3 0,9 12 36,3 37,9 1,6 36,3 37,5 1,2 36,3 37,1 0,8 Mesures de la température axillaire avant la réalisation de l’échauffement préparatoire pour le test : Tests d'égalité des espérances: Observations pairées TA1 TA2 TA3 Relevés des températures Avant Ramadan Pendant Ramadan Relevés des températures Pendant Ramadan Après Ramadan Relevés des températures Avant Ramadan Après Ramadan Moyenne(°C) 36,35 36,43 Moyenne 36,43 36,34 Moyenne 36,35 36,34 Variance 0,07 0,02 Variance 0,02 0,02 Variance 0,07 0,02 Observations 13,00 13,00 Observations 13,00 13,00 Observations 13,00 13,00 Coefficient de corrélation de Pearson - 0,10 Coefficient de corrélation de Pearson - 0,16 Coefficient de corrélation de Pearson - 0,46 Différence hypothétique des moyennes - Différence hypothétique des moyennes - Différence hypothétique des moyennes - Degré de liberté 12,00 Degré de liberté 12,00 Degré de liberté 12,00 Statistique t - 0,88 NS Statistique t 1,62 NS Statistique t 0,15 NS P(T<=t) unilatéral 0,20 P(T<=t) unilatéral 0,07 P(T<=t) unilatéral 0,44 Valeur critique de t (unilatéral) 1,78 Valeur critique de t (unilatéral) 1,78 Valeur critique de t (unilatéral) 1,78 P(T<=t) bilatéral 0,39 P(T<=t) bilatéral 0,13 P(T<=t) bilatéral 0,88 Valeur critique de t (bilatéral) 2,18 Valeur critique de t (bilatéral) 2,18 Valeur critique de t (bilatéral) 2,18 Relevé de la température axillaire juste après la réalisation test de 3000m : Test d'égalité des espérances: Observations pairées TA1 TA2 TA3 Relevés des températures Avant Ramadan Pendant Ramadan Relevés des températures Pendant Ramadan Après Ramadan Relevés des températures Avant Ramadan Après Ramadan Moyenne(°C) 37,21 37,58 Moyenne 37,58 37,22 Moyenne(°C) 37,21 37,22 Variance 0,11 0,03 Variance 0,03 0,02 Variance 0,11 0,02 Observations 13,00 13,00 Observations 13,00 13,00 Observations 13,00 13,00 Coefficient de corrélation de Pearson 0,00 Coefficient de corrélation de Pearson 0,05 Coefficient de corrélation de Pearson - 0,27 Différence hypothétique des moyennes - Différence hypothétique des moyennes - Différence hypothétique des moyennes - Degré de liberté 12,00 Degré de liberté 12,00 Degré de liberté 12,00 Statistique t - 3,59 S** Statistique t 5,98 S*** Statistique t - 0,07 NS P(T<=t) unilatéral 0,00 P(T<=t) unilatéral 0,00 P(T<=t) unilatéral 0,47 Valeur critique de t (unilatéral) 1,78 Valeur critique de t (unilatéral) 1,78 Valeur critique de t (unilatéral) 1,78 P(T<=t) bilatéral 0,00 P(T<=t) bilatéral 0,00 P(T<=t) bilatéral 0,94 Valeur critique de t (bilatéral) 2,18 Valeur critique de t (bilatéral) 2,18 Valeur critique de t (bilatéral) 2,18 BIBLIOGRAPHIE 01- Auteur Brikci Abderahim Titre Physiologie appliquée aux activités sportives Editeur ABADA - Draria W de Tipaza - ISBN 1995 02- Auteur Cisse.F / Martineaud. JP Titre Influence du jeune alimentaire et hydrique sur la performance physique en climat chaud Editeur Inséré dans: Arch.Int.Physiol.Biochim et de Biosphys - ISBN N° 100 - 1981 03- Auteur Claudine Robert-Hoarau Titre Alimentation santé Alimentation plaisir une question d’équilibre Editeur Fernand Lanore, 2014 ISBN 2851577379, 9782851577375 04- Auteurs David L Costill; Jack H Wilmore; W Larry Kenney; et al Titre Physiologie du sport et de l’exercice Editeur Bruxelles : De Boeck, ©2009 / Collection : Sciences et pratiques du sport., ISBN 2-8041-5018-1 05- Auteur Denise Pothier Titre Les techniques de soins infirmiers : apprentissage individualisé, Volume 1 Editeur Presses Université Laval, 1988 ISBN 276377105X, 9782763771052 06- Auteur Elisabeth Brunet-Guedj Titre Médecine du sport Collection Sport Médecine du sport:Masson Sport (Paris.2003) Editeur Elsevier Masson, 2006A ISBN 2294017579, 9782294017575 07- Auteur Fereydoon Batmanghelidj Titre Votre corps réclame de l'eau: effets méconnus de la déshydratation Editeur Jouvence éditions, 2007 ISBN 288353571X, 9782883535718 08- Auteurs Jack H Wilmore, David L Costill, Larry Kenney Titre Physiologie du sport et de l'exercice – Sciences et pratiques du sport Editeur De Boeck Superieur, 2017 ISBN 280730608X, 9782807306080 09- Auteur Jean Pierre de Mondenard Titre L’apport hydrique et de nourritures glucidiques facteurs déterminants de la performance sportive Editeur Département Médical INSEP-Travaux et Recherche ISBN N°02 juin - 1978 09- Auteur Jurgen Weineick Titre Manuel d’entrainement Editeur Edition vigot 1983 09- Auteur William McArdle, Frank I. Katch, Victor L. Katch Titre Nutrition et performances sportives, Sciences et pratiques du sport Editeur De Boeck Supérieur, 2004 – Traduit par Nathalie Rieth, Jean Pauk Dehaya ISBN 280414397X, 9782804143978 10- Site www.alyabbara.com/livre_gyn_obs/termes/methode_de_prise_temperature.htm 11- Site www.sciencesetavenir.fr/nutrition/sport-l-importance-de-l-hydratation-pour-la performa

Mots clés

Jeûne ; tests ; évaluation ; course ; température axillaire