Insaniyat
Volume 11, Numéro 36, Pages 141-153

La Passion D’une Ville. Constantine Et Ses Ailleurs

Auteurs : Ali-benali Zineb .

Résumé

Constantine est le lieu de plusieurs récits (Kateb Yacine, Tahar Ouettar et Salim Bachi). Elle est le cadre, mais aussi le temps d’itinéraires problématiques qu’elle construit et qui la constituent. L’histoire s’y inscrit en strates qui peuvent se mêler et s’opposer. Elle s’y réfléchit dans l’imaginaire et la perception des personnages. Elle se dresse dans une différence radicale avec ce qui n’est pas elle. La lecture des trois romans semble permettre de suivre les étapes d’une stylisation de la ville, qui s’établit dans une rupture de la référentialité. Le contexte d’écriture est à prendre en compte. Kateb Yacine écrit sous le regard de l’histoire et de la brûlure de mai 45 et de Nedjma. Tahar Ouettar fait de la ville une force protéiforme, qui peut prendre plusieurs visages, y compris celle de Cheikh Boularouah lui-même et contre laquelle le combat de cet homme d’un autre temps est d’avance perdu. Salim Bachi pousse la stylisation encore plus loin et fait de la ville une écriture. On pourrait reprendre ce texte pour parler d’une autre passion de ville, de la passion amoureuse, et emprunter ainsi l’une des voies de lecture que propose l’un des sens du surnom de la ville. Cela permettrait de lire la ville comme métaphore.

Mots clés

Ville ; passion ; Kateb Yacine ; Tahar Ouettar ; Salim Bachi ; ailleurs.