Le Journal de l'Eau et de l'Environnement
Volume 1, Numéro 0, Pages 15-21

La Recharge Artificielle Des Nappes D'eau Souterraines : Alternative En Algerie

Auteurs : Lagha-bouzid Souad .

Résumé

Actuellement en Algérie de grands projets d’aménagements et de constructions agricoles et industrielles, d’agrandissements des agglomérations, de créations de nouvelles zones d’habitations... sont en cours de réalisation notamment au nord du pays. L’utilisation rationnelle et effective des ressources en eaux, aussi bien souterraines que superficielles, constitue à court et à long terme l’élément fondamental pour la réussite et le bon fonctionnement de ces réalisations. La rapidité de la mise en exploitation des ressources en eaux, principalement souterraines, pendant de longues périodes, a provoqué des disharmonies quantitatives (surexploitation des nappes ... ) et parfois une dégradation de la qualité des eaux particulièrement le long du littoral ( intrusion marine au niveau de Tipaza , Est-Alger , Bas-sébaou ... ) . La mobilisation des eaux souterraines est plus facile et moins onéreuses que celle des eaux superficielles, qui restent jusqu’à présent sous-exploitées. Du ruissellement annuel évalué à 12,8 Milliards de m3, seulement près de 2 Milliards de m3 (15%) sont mobilisés au moyen de barrages et de retenues collinaires. La recharge artificielle des nappes d’eaux souterraines s’impose comme moyen incontournable. Elle consiste à récupérer les eaux superficielles non mobilisées et les introduire dans les formations perméables du sous-sol. Elle présente un grand intérêt en raison des objectifs qu’elle permet d’atteindre : stockage des eaux de surface, épuration naturelle des eaux, augmentation du rendement des champs de captage, lutte contre l’intrusion marine... . L’accroissement des réserves d’eaux souterraines et l’optimisation du régime d’exploitation permettent une gestion rationnelle et durable des ressources en eaux souterraine et superficielles .

Mots clés

Recharge artificielle, eaux souterraines