الخطاب
Volume 8, Numéro 16, Pages 61-72

Assia Djebar Ou L’art De Tisser La Phrase: Une Caravelle, Ses Ailes Déployées, Titillantes, Vers Le Processus De Création Avec Empátheia – Herméneutique De L’amour

Auteurs : Merino Garcia Leonor .

Résumé

Chez Assia Djebar, le temps n’a pas réussi à effacer le scintillement de son inteligence, la revêrie dans son regard, mais gardant – quelque part de ses lèvres – la réserve sur l’argument de son sourire, le blanc de son utopie, peut-être... Son écriture, l’unique façon possible de rélation avec le monde: l’histoire des femmes et la fiction s’entrelacent, “sa” biographie – marquetée d’Histoire – , où le récit traverse le moi et le nous. Son énergie, tirer de l’oubli celles qui sont injustement oubliées (les jeunes femmes arabes ont des reserves insoupçonnées de romanesque; trop brutalement lancées contre l'homme, elles ne retrouvent que rarement leur innocence blessée. Et leurs époux ne connaîtront jamais leur visage exalté de l'adolescence. Seulement le regard sec, à peine émouvant, des bêtes soumises, des faibles). La femme est mère (un arbre qui déploie toutes ses branches), amie et soeur (te connaître jusque dans la fatigue, il me faut tous les souvenirs puisque je t’ai trouvée, non retrouvée, petite soeur, je t’ai rencontrée alors que tu vas partir, tu es la passante, tu deviendras mon fantôme; Toi, ma soeur de Tébessa; Ô ma sœur, j’ai peur, moi qui ai cru te réveiller. J’ai peur que (…) nous nous retrouvions entravées là, dans (…) ce lieu de la terre où si lentement l’aurore a brillé pour nous que déjà, de toutes parts, le crépuscule vient nous cerner).

Mots clés

--