revue critique de droit et sciences politiques
Volume 16, Numéro 2, Pages 547-572

Une Cop 25 Pour La Mise En œuvre De L’accord De Paris

Auteurs : Ghezloun َanissa .

Résumé

Les négociations à la COP25 se sont tenues à Madrid (Espagne) du 2 au 13 décembre 2019. Il y a eu quelques avancées, mais sur de nombreuses questions cette COP s’est heurtée au manque de volonté politique des pays, entre autres, sur la question des financements et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, en 2020, 20 % seulement des financements climats seront alloués aux pays les plus pauvres alors qu’ils sont en première ligne. Le Fonds vert pour le climat a jusqu'ici reçu des promesses de dons de 10,3 milliards de dollars, bien loin des 100 milliards promis à l’horizon 2020. L'autre sujet qui ne progresse pas est la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Chaque pays doit maintenant faire un effort sur son propre territoire, notamment en choisissant une politique énergétique plus engagée. Quasiment aucun n'a fait d'annonce significative à la COP 25 pour rehausser ses ambitions. Il s'agit des Etats-Unis qui quitteront l'accord de Paris en novembre 2020, mais aussi de la Chine, de l'Inde, du Brésil, du Japon ou de l'Australie. La Commission européenne a notamment présenté son « pacte vert », avec l’ambition forte d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 dans l’Union Européenne. Jusqu'à présent, seul un petit nombre de pays – représentant environ 10 % des émissions mondiales – s'est engagé (sans contrainte si la promesse n'est pas tenue) à revoir ses objectifs climatiques. C'est évidemment très insuffisant.

Mots clés

Cop24, dialogue talanoa, atténuation, adaptation, CDN, transparence, énergies renouvelables