Journal de la Faculté de Médecine
Volume 4, Numéro 2, Pages 629-630

Qu’en Est-il De L’application Des Nanovecteurs Lipidiques à La Maladie De Parkinson ?

Auteurs : Boulenouar Siham . Moussaoui Nassima .

Résumé

Grâce aux progrès des nanotechnologies, de nombreux nanovecteurs lipidiques biocompatibles et biodégradables ont vu le jour. Ces nouvelles stratégies ont été envisagées dans la thérapie de nombreuses maladies. Caractérisée par des troubles du mouvement, la maladie de Parkinson est la seconde pathologie neurodégénérative la plus fréquente. Cette dernière est liée à la perte des neurones dopaminergiques . Parmi les traitements de la maladie de parkinson, la thérapie de substitution de la dopamine est une thérapeutique efficace car possède le potentiel d’apporter de la dopamine exogène à l’organisme. Cependant, cette stratégie reste limitée par l’incapacité des molécules actives à franchir la barrière hémato-encéphalique vu leur caractère hydrophile, leur faible biodisponibilité avec une demi-vie courte. Il semblerait que, les nanovecteurs seraient capables de pallier ces limites et offriraient une plateforme intéressante pour véhiculer les principes actifs vers le tissu cérébral tout en contrôlant leur libération.

Mots clés

Dopamine ; Encapsulation ; Maladie de Parkinson ; Nanotechnologie ; Nanovecteurs lipidiques