Traduction et Langues
Volume 18, Numéro 2, Pages 41-62

Traduire L’anthroponyme-culturème Dans La Trilogie Nordique Dibienne : Préservation De L’étrangéité Et/ou Primat Du Sens

Auteurs : Slimani Asma .

Résumé

La présente étude s’inscrit dans le cadre d’une recherche plus ample sur les enjeux culturels de la traduction littéraire. En effet, à cause de leurs spécificités, les culturèmes demeurent une pierre d'achoppement, même pour les traducteurs professionnels, qui sont censés avoir une connaissance très avancée de chaque langue et de chaque culture. De ce fait, nous abordons la problématique de la traduisibilité des anthroponymes envisagés comme culturèmes dans le roman dibien, qui fait partie intégrante du panorama de la littérature algérienne d’expression française. Pour mettre en lumière cette problématique, nous nous appuyons sur de multiples théories s’insérant dans le domaine de la traduction des unités culturelles. Notre objectif est de comparer les options qui s’offrent au moment de la traduction, de comprendre et d’évaluer les choix de traduction relevant de deux stratégies différentes se rattachant tantôt à la lettre, tantôt à l’esprit. Les différents procédés utilisés par le traducteur confrontés au problème de transfert de l’anthroponyme-culturème sont dégagés par l’analyse d’exemples tirés de la traduction arabe de la trilogie nordique dibienne.

Mots clés

Culturème ; anthroponyme ; préservation d’étrangéité ; primat de sens ; stratégie composite ; trilogie nordique