SOCLES
Volume 8, Numéro 1, Pages 39-79

Plurilinguisme Et Appropriation De L’oral En école De Formation De Formateurs : Quelques Pistes Exploratoires En Vue De « Sentir » Autrement L’insécurité Linguistique.

Auteurs : Becetti Ali .

Résumé

L’auteur part de sa propre expérience de formateur de formateurs à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Bouzaréah, pour explorer les rapports entre l’appropriation du français par quelques étudiants-normaliens et l’insécurité linguistique (IL). En s’intéressant aux parcours d’appropriation de ces normaliens, via des récits de vie, il défend l’idée qu’une méthode purement objectiviste et explicative, celle classique, réduite aux manifestations de l’IL, ne pourrait pas révéler, à elle seule et de façon approfondie, le côté invisible de l’IL, ce qu’éprouvent ces normaliens comme sentiment. Il propose, en contraste, quelques esquisses d’une approche phénoménologique- herméneutique (PH) qui réhabilite l’arrière-plan socio-biographique, le côté expérientiel et relationnel des témoins, y compris le vécu du chercheur, perçu ici comme un socle à partir duquel la compréhension des autres est rendue plus intelligible. Il propose, en conclusion, quelques pistes didactiques exploratoires pour prendre au sérieux le sentiment d’IL dans une situation formelle d’appropriation du français. ABSTRACT Plurilingualism and appropriation of the oral in the training of trainers school: some exploratory tracks in order to "feel" linguistic insecurity differently The author starts from his own experience as a trainer of trainers at the Ecole Normale Supérieure (ENS) of Bouzaréah, to explore the relationship between the appropriation of French by some students-normaliens and linguistic insecurity (IL). By focusing on the appropriation pathways of these normals, via life stories, he defends the idea that a purely objectivist and explanatory method, the classical one, reduced to manifestations of the IL, could not reveal it alone and in a deep way, the invisible side of the IL, what these normal people feel like feeling. In contrast, he proposes some sketches of a PH approach that rehabilitate the socio-biographical background, the experiential and relational side of the witnesses, including the researcher's experience, perceived here as a base from which the understanding of others is made more intelligible. He proposes, in conclusion, some exploratory didactic tracks to take seriously the feeling of IL in a formal situation of appropriation of French.

Mots clés

insécurité linguistique, appropriation, phénoménologie-herméneutique, sentiment